RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

CHRONOLOGIE ARIANE

LE CENTRE SPATIAL GUYANNAIS

En vertu du protocole passé le 29 novembre 1961 entre le ministre des Armées et le ministre délégué à la Recherche scientifique, le CNES utilise à ses débuts les installations des champs de tir militaires le Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux (ClEFS) et le Centre d'essais et de recherches d'engins spéciaux (CERES) de l'île du Levan. Le CIELS, créé le 24 avril 1947, dépend de la Direction des Recherches et des Moyens d'essais. Il se compose de deux ensembles Colomb-Béchar et Hammaguir. Le premier comporte une base vie et un champ de tir B1, de dimensions modestes et limité à des tirs de performances réduites. Le second, situé à 110 km de Colomb-Béchar, installé sur un vaste plateau dénudé, dispose d'une base vie et d'un champ de tir B2 utilisable pour toute sorte d'engins. Au cours de la période 1960-1961, plus de 1 500 engins ont été lancés. Les accords d'Evian du 18 mars 1962 prévoient la possibilité d'utiliser ces installations jusqu'au 1er juillet 1967, ce qui permet d'envisager le lancement des premiers satellites technologiques mais pose le problème des lancements ultérieurs.

Pour ses besoins propres, le ministère des Armées décide, le 4 juillet 1962, d'aménager un champ de tir dans les Landes (Centre d'essais des Landes CEL), sur la côte aquitaine, entre Biscarosse et Mimizan. Il doit être opérationnel pour juillet 1965. Toutefois, il n'est pas parfait pour le lancement de satellites à cause de son orientation qui amènerait à lancer dans le sens inverse de la rotation de la Terre. Le CNES doit rechercher une base de lancement pour satellites utilisable au début de 1967 au plus tard. Le gouvernement français n'a pas attendu de quitter l'Algérie pour envisager la création d'une autre base de lancement. 
Le 23 mai 1961, le Comité des recherches spatiales remet un rapport concernant l'implantation en Métropole d'une base de tir pour des fusées de faibles ou moyennes performances. Sur les trois sites étudiés la presqu'île de Quiberon, Naouas près de Biscarosse, Le Barcarès près de Perpignan, seuls les deux derniers paraissent adaptés. Mais le plus important est de choisir le lieu d'implantation d'une base d'où pourraient décoller des lanceurs de satellites et de sondes spatiales. 
Le 12 juin 1962, le professeur Auger présente au Conseil d'administration du CNES l'état d'avancement des travaux du Sous-Comité scientifique et technique du Comité des applications pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'ONU, dont les réunions se tiennent à Genève. Un des problèmes majeurs concerne l'établissement de facilités de lancement dans la zone équatoriale. 
Le 11 septembre, le Conseil d'administration lance une étude très rapide sur les possibilités de la France dans ce domaine. La question d'une base de lancement implantée en Guyane française est évoquée car cela intéresse le ministère de la France d'Outre-Mer. Les membres du Conseil s'inquiètent cependant des problèmes de logistique que poserait une telle implantation. Le CNES continue donc à chercher un nouveau site, exclusivement civil, qui permettrait d'exécuter ses programmes de lancement ainsi que ceux du CECLES/ELDO. 
Le 20 novembre 1962, le Conseil d'administration du CNES étudie le rapport demandé à la Société d'études et de réalisation de matériels et d'installations aéronautiques (SERMIAT) sur la possibilité de trouver sur l'équateur un site de lancement dans une ancienne possession française. Le meilleur point possible semble Bouaké, situé en Côte-d'Ivoire, à 300 km au nord d'Abidjan, car il présente de bonnes perspectives tant du point de vue scientifique que logistique. Le CNES engage alors des discussions avec la Commission préparatoire européenne de recherche spatiale (COPERS) ainsi qu'avec le ministère de la Coopération. Les premiers contacts étant peu encourageants, ce projet est abandonné. Deux autres possibilités sont alors recherchées un site en Métropole et un site équatorial autre que celui de la Côte-d'Ivoire. 
Le 23 mars 1963, le Conseil d'administration du CNES envisage de consacrer 40 millions de francs à l'achat de terrains et aux études pour une aire de lancement à Leucate près de Perpignan. 
A la fin de 1963, à la demande du ministre de la Construction, une variante est étudiée l'étang de La Nouvelle près de Narbonne, mais elle n'est pas retenue.

Parallèlement, en juin 1963, le gouvernement français envisage de continuer les lancements à Hammaguir en accord avec l'Algérie. 
En septembre, cette solution est définitivement écartée devant les risques d'instabilité politique de ce pays. Au cours de l'année 1963, une étude conduite par la Division Equipements sol de la Direction scientifique et technique du CNES analyse plusieurs sites équatoriaux. 
Le rapport, remis au début de 1964, tient compte de plusieurs impératifs 
- possibilité de lancements polaires et équatoriaux; 
- proximité de l'équateur; 
- dimensions suffisantes pour assurer la sécurité des lancements; 
- existence d'un port en eau profonde doté de moyens de manutention suffisants; 
- existence à proximité d'un aérodrome capable d'accueillir des long-courriers (piste de 3000 m); 
- distance aussi réduite que possible entre la base de lancement et l'Europe; 
- situation politique stable pour ne pas subir les aléas de la politique locale. 

Les 14 sites étudiés :

l'archipel des Seychelles (latitude : 4°37' Sud ; longitude : 55°27' Est) :
Non retenu du fait de ses dimensions restreintes, de son relief tourmenté et de l'impossibilité de construire une piste d'aviation de 3000m.

l'île de la Trinité - Trinidad -( latitude : 10° 05' à 10° 50' Nord ; longitude : 60°55' à 61°55' Ouest) :
Site convenable mais non retenu car le lancement vers le nord est impossible et la stabilité politique de l'île non garantie.

l'île de Nuku-Hiva Hiva - archipel des Marquises, Polynésie française -( latitude : 8° 55' Sud ; longitude : 142°23' Ouest) Site favorable mais non retenu du fait de l'impossibilité de construire une piste de 3000 m .

l'archipel de Touamotu - Ile de Rairoa, Polynésie française -(latitude : 15°00 Sud et 18° 26' Sud ; longitude : 147'38 Ouest) Site convenable mais non retenu à cause de l'éloignement de l'Europe (20 000 km), l'existence de cyclones et l'absence totale d'eau douce sur les atolls.

l'île de la Désirade - Antilles françaises -( latitude : 16° 20 'Nord ; longitude : 61°02' Ouest)Site convenable mais non retenu du fait des cyclones, de la dimension insuffisante de l'île, l'absence d'aérodrome et de port.

l'île de Marie-Galante - Antilles françaises - (latitude : 15° 33' Nord ; longitude : 61°13' Ouest) Site non retenu parce qu'il est impossible de tirer vers le Nord (Guadeloupe à 40 km), à cause des cyclones, de l'absence de port et aéroport.

Cayenne - Guyane française -(Latitude 4°50' Nord ; Longitude 53° Ouest) :
Site très favorable. Le seul inconvénient important est la faible capacité du port de Cayenne qui peut cependant être facilement compensée grâce à l'installation d'un dispositif de déchargement aux Iles du Salut, situées à environ 15 km, ou à l'amélioration des installations portuaires. L'humidité ambiante nécessitera des précautions très sérieuses pour la conservation du matériel mais n'est pas considérée comme un inconvénient majeur.

Djibouti - Côte française des Somalis -(latitude : 11° 35' Nord ; longitude : 43°08' Est) :Site très valable mais non retenu à cause de problèmes de sécurité.

Australie Darwin - Darwin - (latitude :12°28' sud ; longitude : 130°51' Est) :
Sites séduisants mais non retenus du fait de l'éloignement de l'équateur, du très grand éloignement de l'Europe, et de l'existence de cyclones.

Trincomale - Ceylan -( latitude -: 8° 35' Nord ; longitude : 81°15' Est :
Site convenable mais non retenu du fait de l'éloignement de l'Europe, de l'existence de cyclones, du peuplement important et du régime politique incertain.

Fort Dauphin - République malgache -(latitude : 25° 02' Sud ; longitude: 47°00' Est) :
Site très convenable mais trop éloigné de l'équateur et nécessitant d'y construire un port en eau profonde ainsi que d'améliorer le terrain d'aviation.

Mogadisque - République de Somalie -(latitude : 02°02' Nord ; longitude : 45°21' Est) :
Excellente situation par rapport à l'équateur mais non retenu car il présente une grande instabilité politique.

Port-Etienne - République islamique de Mauritanie -(latitude : 20°55' Nord ; longitude : 17°03' Ouest) :
Site très séduisant mais non retenu car il présente une grande instabilité politique.

Belem - Brésil -(latitude : 1°27' Sud ; longitude : 48°30' Est) :
Site très convenable mais non retenu du fait d'une mauvaise météo, d'une sécurité rapprochée assez délicate, de difficultés linguistiques crées par l'usage du portugais, et du risque d'instabilité politique.

Dans ses conclusions, le rapport établit un classement en fonction des critères de sélection retenus. Cinq sites sont envisageables; ce sont, dans l'ordre décroissant d'intérêt, la Guyane, l'Australie, le Brésil, Tuamotu, la Trinité. 
La Guyane arrive largement en tête, ce qui n'étonne pas le général Aubinière, directeur général du CNES, qui a déjà effectué une reconnaissance en janvier 1963 "Je pensais que la Guyane était le site le plus favorable. Je m'y suis rendu seul. J'ai longé la côte, en hélicoptère, de Cayenne jusqu'à Saint-Laurent-du-Maroni. La Guyane avait à l'époque mauvaise réputation à cause du bagne et de l'expédition de Kourou au XVIIIe siècle. Je voulais avoir une opinion personnelle. Je suis reparti convaincu que c'était possible mais que ça coûterait cher'. 
La même année, le 6 février 1964, Pierre Chiquet remet un rapport où il compare les mérites du Roussillon et de la Guyane pour l'implantation d'une base spatiale française . La localisation de l'aire de lancement du Roussillon (43° de latitude nord) s'étend sur une bande côtière large de 500 m à un km et longue de 10 km, orientée nord-sud entre Leucate et Le Barcarès. Celle de Guyane est envisagée dans la région comprise entre Kourou et Sinnamary (50 de latitude nord) où sont disponibles 50 km de côtes sur une profondeur de 18 km. L'étude aborde trois aspects technique, financier et politique. Sur le plan technique, le champ deo tir du Roussillon, de latitude élevée, apparaît limité et sans avenir, alors que la Guyane offre toutes les possibilités d'une base équatoriale. La sécurité des personnes et des biens lors des lancements pose des problèmes délicats dans le Roussillon, voire dans d'autres contrées méditerranéennes, alors qu'elle est beaucoup plus facile à assurer en Guyane.

Les investissements financiers sont évalués à 100 millions de francs pour le Roussillon et à 260 pour la Guyane. La différence vient surtout de la distance et des importantes dépenses d'infrastructures à prévoir en Guyane. Les frais de fonctionnement sont estimés à 45 millions de francs pour la Guyane contre 15 pour le Roussillon. Mais, à long terme, le bilan financier est en faveur de la Guyane car l'aire de lancement du Roussillon ne convient pas à des lanceurs de satellites plus importants que Diamant. Il faudrait alors envisager la construction d'un autre champ de tir ou renoncer à des lanceurs plus puissants. De plus, une implantation dans le Roussillon ne suscite pas l'intérêt d'autres pays ni d'organisations internationales. Sur le plan politique, l'installation dans le Roussillon bouleverserait les plans des services d'aménagement du territoire alors qu'elle ne pose pas de problème en Guyane. Dans ces conditions, le rapport estime raisonnable de recommander la création de la base de lancement en Guyane où le potentiel d'évolution est meilleur que celui du Roussillon. 



La Guyane est située entre 2° et 6° de latitude Nord. Son territoire (90 000 km2) n'est peuplé que de 45 000 habitants (en 1964). Sa côte orientée Nord-Est/Sud-Ouest permet une grande ouverture d'axes de lancement au-dessus de l'océan Atlantique. De plus, elle est hors des zones à risque de cyclones, de secousses sismiques et de raz-de-marée.
Enfin, elle possède une infrastructure relativement simple à adapter aux besoins du futur Centre Spatial (routes, aérodrome, ports, télécommunications, etc ..)

La Guyane bénéficie d'une situation privilégiée et d'atouts majeurs qui font du Centre Spatial Guyanais (CSG) une base unique au monde.
_ Atouts géographiques : Une très large ouverture sur l'océan Atlantique rend possible toutes les missions spatiales, des lancements aussi bien vers l'Est (pour l'orbite géostationnaire) que vers le Nord (pour l'orbite polaire) avec un minimum de risque pour la population et les biens alentour.
La proximité de l'équateur (5,3°N) permet de bénéficier au maximum de l'effet de fronde. La faible densité de la population 40 000 habitants en 1964 sur un territoire de 91 000 km2 (soit le 1/6ème de la France), fortement concentrée sur la bande côtière. Possibilité d'installer sur les collines environnantes des moyens de poursuite (radars et antennes de télémesure). Site bien ventilé et climat très supportable malgré sa position équatoriale. Zone à l'abri des cyclones et des tremblements de terre.
_
Atouts techniques et économiques :
La base de lancement bénéficie d'atouts externes tels que les infrastructures portuaires, aéroportuaires et routières. En ce qui concerne la base proprement dite, depuis sa création en 1964, un effort d'investissement important et constant a été réalisé. Cela a permis d'atteindre une qualité technique des moyens unanimement reconnue.
_ Atouts humains et opérationnels :
Dans tous les domaines d'intervention de la base de lancement, le CNES/CSG et ses partenaires industriels ont su former des hommes, développer des méthodes, valider des procédures qui garantissent une excellente maîtrise de l'activité opérationnelle

Terre française en Amérique du Sud, la Guyane est un département d'Outre Mer depuis 1946 et se trouve, de ce fait, intégrée à l'Union Européenne. Sa superficie de 91 000 km2 en fait l'un des départements français le plus vaste, recouvert à 95 % de forêt Equatoriale. Ses pays limitrophes sont le Surinam et le Brésil avec comme frontières naturelles respectives les fleuves Maroni (à l'Ouest), Oyapock (à l'Est) et les Monts Tumuc Humac (au Sud). De type équatorial, le climat de la Guyane est chaud et humide et la température moyenne avoisine les 25/27 % avec un taux d'humidité de 85 %. On y trouve quatre saisons dominantes :
_ la grande saison sèche d'août à novembre la petite saison des pluies de décembre à février la petite saison sèche appelée "petit été de mars" de février à Mars la grande saison des pluies d'avril à Juillet La population de 158 000 habitants (sondage INSEE juillet 1999) est fortement concentrée sur la bande côtière où l'on trouve les villes les plus importantes.
Du sud au Nord : l'île de Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Kourou, Sinnamary, Saint-Laurent-du-Maroni....

La Guyane a connu au cours de son histoire un peuplement qui en fait aujourd'hui une véritable mosaïque ethnique où se côtoient Amérindiens, Créoles, Noirs marrons (descendants d'esclaves enfuis), Européens, Haïtiens, Asiatiques, Brésiliens, Syro-libanais...
Le secteur spatial est la principale activité économique du département avec 30 % du PIB de l'emploi direct et indirect.

La Guyane est encore un département rural, avec 11,4 % des actifs occupés travaillant dans l'agriculture, la sylviculture et la pêche. Le tertiaire représente un poids considérable, avec 68 % des actifs, pour plus de la moitié dans les services marchands (commerce, services, transports...), l'autre dans les services non marchands (fonctionnaires, agents des collectivités locales...). L'industrie, bien qu'en forte croissance, et le bâtiment, ne représentent ensemble qu'un emploi sur cinq. La croissance de l'emploi ne suffit pas à faire face au dynamisme démographique. Le taux de chômage dépasse ainsi 22%.

- La commune de Kourou :

C'est en 1763 que les Ingénieurs Mentelle et Trucy dessinèrent, sur la rive gauche du fleuve Kourou, les plans de la ville destinée à recevoir des colons Métropolitains. Autrefois occupée par les Indiens Galibis, jusqu'à la fin du XVIIème siècle, la Commune est aujourd'hui peuplée de plus de 19 000 habitants (INSEE 1999). Située à 60 kilomètres de la Préfecture Cayenne, la commune de Kourou s'étend sur une superficie de 2 160 km2.
Le secteur spatial a connu un développement spectaculaire et est devenu un des moteurs des mutations économiques en Guyane.
Sa notoriété qui s'étend désormais au-delà de l'Europe fait du CSG, Port spatial de l'Europe, un pôle d'attraction majeur dans l'économie de la Guyane.

-Aide au développement et aménagement du territoire :

Les effets induits par l'installation du Centre Spatial Guyanais ont été particulièrement sensibles au niveau des infrastructures lourdes (financement d'importants travaux routiers, portuaires et aéroportuaires, installation d'une centrale électrique, d'un centre de soins, d'hôtels.. .) Dans le cadre du partenariat défini dans les orientations du contrat de plan Etat-Région, le Centre Spatial Guyanais a investi plus de 23 MF au titre de l'année 1998.

-Emploi :

Le Centre Spatial Guyanais est aujourd'hui l'établissement industriel le plus important du département employant près de 1700 personnes. Si l'on considère les emplois induits, l'activité spatiale représente 24 % des emplois du département (cf. INSEE 1998 ). Le CSG est le premier centre d'intérêt touristique en Guyane avec les Iles du Salut.
Il a accueilli :
_ Les visites Grand Public 27 000 visiteurs en 1998 et 27 500 en 1999
_ Le musée de l'espace 20 000  visiteurs en 1998 et 20 100 en 1999
_ Les lancements 21 000 en 1998 et 20 000 en 1999

Au début des années 60, la Guyane n'offre pas encore l'environnement industriel et socio-économique dont le CSG a besoin. Aussi, parallèlement à la construction du Centre Spatial, des équipements urbains et collectifs sont mis en place à Kourou, Cayenne et leurs environs.
Aménagement du port marchand et construction du port de Kourou. Construction du pont de Kourou Allongement de la piste de l'aéroport de Rochambeau Amélioration et extension du réseau routier Construction du Centre Médico-Chrirugical de Kourou

Dès le début des installations du CSG, le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) se trouve confronté à la nécessité de compléter les infrastructures portuaires et aéroportuaires existantes par des infrastructures de proximité affectées à l'activité spatiale.

1964

Reconnaissance du terrain, études des possibilités d' aménagement, (accès, eau, énergies et télécommunication).
21 mars Voyage officiel du Général De Gaule en Guyane. Au cours de ce voyage, il déclare :
" Nous avons à réaliser, vous sur place et la France avec vous, une grande œuvre française en Guyane, et une grande œuvre dont on s'aperçoive dans toutes les régions du monde où se trouve le département. Il faut qu'on le voit et qu'on le sache partout. Nous avons commencé et nous continuerons. "

Finalement, le choix de la Guyane est effectué par le Premier ministre, Georges Pompidou, en Conseil restreint, le 14 avril 1964. Le général Aubinière, qui y assistait, se souvient 'Le Premier ministre, ne voulant pas de champ de tir dans le Languedoc-Roussillon - lequel risquait de gêner sa politique d'aménagement du territoire - décide la création d'une base de lancement en Guyane. Il confie alors au CNES la responsabilité de sa création et insiste pour que soient respectées les estimations financières . Nous avons maintenu l'enveloppe financière grâce à la ténacité et à la compétence de Pierre Chiquet (à Paris) et d'Yves Sillard (sur place). Le respect de cette évaluation, considérée comme sous-estimée par des services extérieurs, a été pour beaucoup dans la crédibilité future du CNES'.
Une première tranche de 350 000 000 de f est débloquée. le CNES obtient après quelques expropriation une zone de 60 km de long et 20 de large le long de la coté, 1200 km2 de forêt vierge, sauvage et marécages. Le choix de la zone Nord de la Guyane est dicté par le fait que le Sud possédait des terrains fertiles et des gisements de bauxite en exploitation prochaine.

L'intérêt d'un champ de tir équatorial pour des lanceurs plus importants que Diamant ne tarde pas à se confirmer. En effet, le 24 septembre 1964, le Conseil d'administration du CNES souhaite que le CSG accepte d'effectuer des lancements pour le compte d'organisations internationales ou d'autres Etats. 

1965

Le 8 janvier 1965, le gouvernement français accepte l'implantation des moyens nécessaires à la préparation et au lancement de fusées étrangères. L'annonce faite par le Surinam, pays situé au nord de la Guyane, qu'un champ de tir de fusées-sondes va être créé dans la zone équatoriale, précipite la décision française. 
Début des études d' implantique du centre technique des ensembles de lancement des fusées sonde et Diamant.
Le CNES s'  installe à Cayenne en début d' année. La route principale RN 1 est ainsi élargie, le CSG engage donc, suite à une décision préfectorale, la construction de la zone portuaire de Pariacabo, comprenant un appontement et un ensemble d'installations. 

En mai 1965, le président du CNES informe le Comité mondial de la recherche spatiale (COSPAR) que les organisations internationales et les nations étrangères peuvent utiliser le CSG. Les demandes doivent être adressées par la voie diplomatique au ministère des Affaires étrangères. 

Dès novembre 1965 débutent les travaux rendant l'appontement de Pariacabo opérationnel en 1966. Le Centre National d'Etudes Spatiales, avec l'accord de l'Etat, assure le financement la gestion et la maintenance des installations. L'appontement de Pariacabo est de statut privé, sans vocation commerciale. Placé sous l'autorité du Directeur du CSG, il est destiné à satisfaire en priorité les besoins liés à la base spatiale. Le MN Toucan et le Colibri sont les deux bateaux qui accostent car ils assurent le transport des étages du lanceur.
Septembre, début de la construction du port de Kourou où le premier bateau accoste le 23 mai 1966. Les travaux pour l'extension et l'édification de la ville de Kourou peuvent être menés de front.

A la fin d' année, le CNES déménage aux Roches à Kourou.

1966

Les 7 et 8 juillet 1966, le Conseil du CECLES/ELDO accepte la proposition française de contribuer à la construction de la Base équatoriale du CECLES/ELDO (BEC) destinée au lanceur Europa-II dont la mission est de placer un satellite sur une orbite de transfert géostationnaire de 36000 km d'altitude. Europa II devra être lancé d'un site équatorial afin d'atteindre cet objectif. Cette décision a été prise à partir de trois études sur le choix d'une hase de lancement équatoriale une plate-forme marine flottante du type San Marco proposée par l'Italie, le site de Darwin par l'Australie, le CSG par la France.

1967

15 septembre, le chantier du centre spatial et de la ville de Kourou compte 2322 travailleurs (1153 guyanais, 679 sud américains et 490 européen).
La station de poursuite de satellite et la station météo sont mis en service en fin d' année.

1968

Les premiers techniciens qui lanceront les fusées arrivent à Kourou.
Début des travaux des installations Diamant.
9 avril, l'Ensemble de Lancement de Fusées Sondes est opérationnel, même si le centre de contrôle et la salle sauvegarde, non achevés, obligent le directeur d'opérations et le responsable sauvegarde à cohabiter dans le bâtiment météorologique.
Le 9 premier tir de la fusée-sonde Véronique AGI (Année Géophysique Internationale) depuis Kourou. L'un des buts de la mission est de qualifier le système de récupération de la pointe de la fusée.
Le lancement doit également permettre de tester les nouvaux moyens opérationnels du Centre Spatial (météo, localisation, sauvegarde). Le 9 avril marque l'entrée effective du Centre Spatial en activité opérationnelle.

    veronique 1969.jpg (159943 octets)

L'Ensemble de Lancement Fusées-Sondes, implanté à environ 7 km du Centre Technique, est composé d'un centre de lancement, de deux halls d'assemblage et de quatre plates-formes de lancement constituant l'essentiel des moyens nécessaires à la préparation des fusées-sondes et au déroulement des chronologies.

Les fusées sondes sont équipées de nombreux capteurs de pression, température, vitesse du vent et permettent de mesurer le milieu thermodynamique rencontré par le lanceur au cours de sa traversée de l'atmosphère..... De 1968 à 1981, ce sont 412 fusées et ballons qui se sont élancés de ce site. Le lancement de fusées Super-Arcas, 16 au total, s'est poursuivi au CSG jusqu'en 1992 en accompagnement des lancements Ariane. (notamment après le lancement de chaque nouvelle version d'Ariane 4)

Des fusées sondes super-loky sont également utilisées dans les programmes AR5 afin de connaître la densité et la direction des vents à une altitude de 60 km, niveau de séparation des deux gros boosters d'Ariane 5, pour les vols de qualification.

Depuis, l'ensemble de lancement Fusée sondes est utilisé par les équipes EPCU (Ensemble de Préparation des Charges Utiles) sous la configuration de bureaux, ateliers et laboratoires. En parallèle, le site peut être prêté à des associations ou clubs scientifiques à l'occasion d'expériences de lancements de mini-fusées (par exemple le GAREF AEROSPATIAL pour le lancement de la fusée Atalante le 13 février 1998).

Aéroport de Rochambeau dans les années 1968 Arrivée du premier Boeing intercontinental d'Air France le 1er avril 1968 à Rochambeau.

L'aéroport a été agrandi afin de permettre l'atterrissage de gros porteurs. Ici, sur la photo présence du Southern Air qui a transporté les éléments du lanceur Diamant. La tour de contrôle au centre de la photo sera reconstruite quelques années plus tard.

Octobre, livraison des sites télémesure, ouverture de l' hôtel des Rocheset, du supermarché et aménagement des premières équipes CNES dans les bâtiments du centre technique. La décision de construire un pad de tir pour le lanceur Europa est officielle.
24 décembre, ouverture du pont de Kourou.

Transport du 1er étage de la fusée Europa dans les années 1970.

1969

Début des travaux pour le lanceur Europa, livraison complète des installations du centre technique, des cinéthéodolites, de l' îles Royale et le Petit Blond (montagnes des Pères), du site d' ergol et du site Diamant à 4 km du site des fusées sondes.
En août, l'Ensemble de Lancement Diamant est achevé.

LES INSTALLATIONS DE TIR DIAMANT
Sur ce site, l'idée de base est de regrouper hall d'assemblage du lanceur et tour de montage, reliés par un sas de liaison, avec le local abritant le banc de contrôle. Ceci afin d'améliorer le rendement des équipes et de réduire la durée de la campagne de préparation du lanceur.

Les accès au lanceur érigé sur la table de lancement sont facilités par des plates-formes articulées solidaires de la tour de montage. Cette dernière et le sas de liaison sont reculés d'environ cinquante mètres pour permettre le lancement. Cette conception est néanmoins caractérisée par la vulnérabilité des bâtiments et équipements situés à proximité du pas de tir.

Le programme Diamant ont été une incontestable réussite : 10 succès sur 12 lancements (dont 5 à partir du CSG). Cette maîtrise du développement des lanceurs Diamant a permis au CNES de se familiariser avec la technologie des lanceurs. Il a permis, non seulement d'importantes expériences scientifiques mais également la mise en place de structures nouvelles hissant la France au rang de troisième puissance spatiale et pivot de la construction de l'Europe Spatiale. La volonté politique française est réellement confortée sur le chemin du programme Ariane.

Le programme Diamant ayant été abandonné, le site est désaffecté en 1976. Depuis le mois de décembre 1998, ce site est à nouveau utilisé avec l'installation d'une station de transit des déchets industriels. Trois bâtiments ont été mobilisés pour le stockage des Déchets Industriels Spéciaux (DIS) qui sont pré-triés, étiquetés et préparés en vue de leur expédition pour traitement. Le site est également utilisé pour le stockage des propulseurs d'appoint d'Ariane 4 après leur récupération

Le hall d'assemblage est situé en zone arrière à plus de 100 mètres du pas de tir. Le banc de contrôle est éloigné et placé dans des locaux blindés ou directement dans le centre de lancement semi-enterré, protégé par un remblai de terre et situé à environ 250 mètres de la table de lancement. C'est malheureusement avec l'échec de l'unique lancement d'Europa II F11, que ces moyens sol seront qualifiés

1970

Mise en service du radar de Montabo,
10 mars lancement de la première Diamant

Pad de tir Diamant

1971

Au printemps, le VRME Véhicule de Référence Multi Etage Europa 2 se dresse sous le ciel de Kourou. Cette maquette représentant le lanceur au complet est composé d' élément non qualifié pour le vol. Seul le premier et le troisième étage seront remplit de carburant pour l' essai statique, le second Coralie sera remplit d' eau et le quatrième vidé. Le test statique sera l' occasion de valider l' ensemble de lancement Europa de Kourou avec l' érection des différents étage, l' assemblage et le contrôle complet du lanceur, les opérations de décompte aboutissant à l' allumage des moteurs Rolls Royce RZ 2 mark 2 pendant 20 secondes.  

L' essai statique du VRME a lieu le 8 mai, le premier étage est allumé durant 20 secondes et donne entière satisfaction. 

Octobre, J-22, le lanceur F11 est assemblé sur la table de lancement de la BEC.
27-29 octobre, remplissage des étages et répétition de la chronologie de lancement.
31 octobre, une première tentative de tir statique est annulé à la dernière seconde.

1er novembre, un tir statique du F11 est réalisé durant 3 secondes. Le décompte peut démarré.
H-4 h 45, la tour de montage est retirée
H- 3 h 45, remplissage en LOX du première étage.
H- 5 mn, séquence automatique.

5 novembre, le lanceur Europa 2 décolle de Kourou. Le vol termine par une explosion de la fusée 150 secondes après. A 107 secondes, le lanceur ne se comporte plus comme prévu. En effet, la télémesure indique un arrêt total des signaux de pilotage (suite à une décharge électrostatique de la coiffe chargé par l' air ambiant frotté la centrale inertielle tombe en panne). Vers 150 secondes il y a un arrêt de propulsion et l' étage Blue Streak explose. 10 secondes plus tard c'est au tour de Coralie d'exploser. Au bout de 04' 44" les restes d'Europa-2 s'abîment dans l'atlantique à 485 Km de son point de départ.

 

Le Centre de soins de Kourou s'étoffe d'une maternité

1973

Juillet, début des travaux de modification de l' ELA 1 pour Ariane

Le 11 septembre, drapeau en tête, le régiment le plus décoré de la Légion Etrangère débarque en Guyane, sur cette terre française d'Amérique du Sud qui va constituer le décor de ses activités jusqu'a la fin du XXe siècle. Kourou, nouvelle garnison du régiment vit depuis à l'heure des "Képi Blanc" qui font partie de son image comme la fusée Ariane. Le régiment a pour mission d'assurer la sécurité des installations du C.S.G. (Centre Spatial Guyanais). Ses activités se manifestent par ailleurs par sa présence à la frontière brésilienne ou face au Suriname, par des patrouilles fluviales, par des missions profondes en forêt, sans oublier les travaux d'infrastructure et d'aides humanitaires.

1975

Début des travaux de transformation du site Europa II pour le programme Ariane.

ELA 1 mars 1976.jpg (152405 octets)

    

ELA 1 en 1976

1978

Livraison de l'Ensemble de Lancement Ariane n°1 (ELA 1).

CSG ELA1 vue generale.jpg (229376 octets)

Vue aérienne ELA 1 au début des années 80

    

La station de poursuite Leblond et une salle de lancement.
Dessous, le centre technique.

La ville de Kourou vue aérienne avec au fond la pointe des roches et l' embouchure du fleuve Kourou

1979

Premier lancement depuis l' ELA 1, L01 le 24 décembre.

Les Industriels de la Communauté Industrielle et Spatiale de Guyane (CISG) regroupent les entités suivantes : CNES, Arianespace, EADS LAUNCH VEHICLES, Air-Liquide Spatial Guyane, Regulus, Europropulsion, plus la SNECMA en tant que membre observateur, qui ont la responsabilité légale d'un établissement au CSG et qui sont des donneurs d'ordre vis-à-vis d'autres entreprises contractantes.

Le CNES (Centre National d'Etudes Spatiales), établissement public à caractère industriel et commercial, assure la maîtrise d'œuvre du développement des lanceurs Ariane, de la réalisation des installations au CSG, coordonne les opérations de l'exploitation de la Base de lancement et de l' EPCU et est responsable de la sauvegarde des personnes, des biens et de l'environnement au CSG. Plus particulièrement, le CNES/CSG a les missions suivantes :

Assurer l'organisation et la coordination générale des opérations sur la base spatiale, Fournir le soutien technique et logistique à la préparation des lanceurs et des satellites, Acquérir et traiter, avec le concours des stations aval, les mesures relatives aux lancements (trajectographie, télémesure), Assurer la sauvegarde des personnes et des biens, ainsi que la protection de l'environnement lors des opérations à caractère dangereux et pendant les lancements. Le CNES dispose, pour remplir ces missions, de moyens dont il est propriétaire sur l'emprise du Centre, ainsi que de certaines installations de l'ESA placées sous responsabilité CNES : Ensemble de Préparation des Charges Utiles (EPCU) et Stations aval.

Ces moyens sont les suivants :

Le Système de Localisation et Trajectographie, qui a pour mission essentielle de déterminer la position et la vitesse du lanceur en vol et de fournir en temps réel ces éléments au service Sauvegarde Vol du CNES/CSG, aux responsables de la Base de lancement et à l'opérateur Arianespace.

Le Système de télémesure, qui a pour mission de recevoir, enregistrer et traiter la totalité des informations transmises par le lanceur en vol pour les mettre, en temps réel ou en temps différé, à la disposition du service Sauvegarde Vol du CNES/CSG, de l'opérateur de lancement Arianespace et de l'autorité de conception CNES/DLA (Direction des lanceurs). Pour les lancements vers l'est, cinq stations de réception sont mises en œuvre par le CNES/CSG pour assurer cette mission : Kourou (Guyane), Natal (Brésil), Ascension (Ile d'Ascension), Libreville (Gabon) et Malindi (Kenya).

Le Système de Télécommande de Destruction, qui a pour mission de neutraliser le lanceur à tout moment de sa phase propulsée s'il franchit les limites de sauvegarde établies pour le vol avant qu'il ne constitue un danger pour les populations proche et éloignée. La Sauvegarde Vol du CNES/CSG utilise ces trois systèmes pour évaluer en temps réel le comportement du lanceur et le neutraliser si nécessaire.

Les Moyens de prévision météorologique Le Centre de Contrôle Jupiter, à partir duquel sont coordonnées les opérations de préparation du CSG lors des chronologies finales de lancement, et qui intègre la totalité des données contribuant à la décision de lancer. Les moyens de Sauvegarde Sol et de Sécurité-Protection L'Ensemble de Préparation des Charges Utiles (EPCU) De nombreux moyens complémentaires (optronique et régie, télécommunications, informatique, maîtrise de configuration, production et distribution d'énergie électrique, de climatisation, transports, etc…)

CSG carte installation .jpg (98304 octets)

 

1981

Début des travaux de l' ELA 2 destiné aux lancements d' Ariane 4.

1988

Novembre, début des travaux de l' ELA 3 destiné aux lancement des Ariane 5.

1989

Juillet V 32 est le dernier lancement depuis l' ELA 1. Le pad a lancé 11 Ariane 1 entre 1979 et 1986, 5 Ariane 2 et 3 Ariane 3 été ferme en juillet 1989 

1991

Démantèlement de la tour de service de l' ELA 1 en juin.

CSG carte installation 02.jpg (224594 octets)   CSG doc evac 01.jpg (115419 octets)   CSG doc evac 02.jpg (159287 octets)

Carte du CSG et de ses installations, documents sur les consignes de sécurité lors de lancement pour V79 (Frédéric Servian)

1996

Mise en service de l' ELA 3 avec le vol V88 Ariane 501.

2001

Le CSG réceptione l'ensemble de préparation des charges utiles S5.

2002

2 mai, MM. Jean-Jacques Dordain, Directeur des Lanceurs à l’Agence spatiale européenne (ESA) et Gérard Brachet, Directeur Général du CNES ont signé à Kourou, le contrat relatif au financement des frais fixes des « installations et moyens CNES/CSG ». Le montant total de ces frais fixes s’élève à 617,4 millions d’Euros pour une période de cinq ans, de 2002 à 2006.

Ce contrat fait suite à la décision de financement du Centre spatial guyanais, adoptée le 15 novembre 2001 à Edimbourg par le Conseil de l’ESA au niveau ministériel, couvrant les 2/3 des frais fixes, pour un montant de 411,6 millions d’Euros, l’autre tiers étant financé dans le cadre du budget national du CNES, portant ainsi la contribution totale de la France à 56% de l’ensemble de ces frais fixes.

Cette décision de financement, assuré par tous les Etats-membres de l’ESA, traduit bien l’importance qu’ils attachent à l’ensemble du secteur des Lanceurs et leur solidarité dans ce domaine.

Le Centre spatial guyanais, Port spatial de l’Europe, en est d’ailleurs un élément majeur : Il permet en effet à l’Europe d’avoir un accès autonome à l’Espace et contribue à optimiser la compétitivité de l’ensemble du système Ariane ; compétitivité développée grâce aux efforts fournis par l’ensemble des partenaires présents sur la Base pour réduire les coûts tout en consolidant la qualité des prestations techniques.

Ce contrat établit les modalités techniques et financières de l’utilisation des « installations et moyens CNES/CSG » tels que définis dans l’Accord entre le Gouvernement de la République française et l’ESA signé le jeudi 11 avril 2002 à Paris.

Le terme « installations et moyens CNES/CSG » désigne les installations et moyens du CNES situés au CSG ainsi que les installations et moyens de l’ESA mis à la disposition du CNES pour l’exécution du présent Contrat (les stations aval et les Ensembles de préparation des charges-utiles-EPCU- dont le CNES assure l’exploitation). Par contre, les Ensembles de lancement Ariane (ELA) mis à la disposition d’Arianespace par l’ESA pour les opérations de lancement en Guyane ne sont pas pris en compte dans ce contrat.

Rappelons d’autre part que c’est Arianespace qui prend en charge les frais variables en fonction du nombre de lancements effectués.

Gérard Brachet a marqué sa satisfaction de voir que « L’Europe possède avec le Centre spatial guyanais l’une des bases de lancement les mieux équipées et les plus performantes au monde. Le service rendu aux utilisateurs est considéré par tous comme remarquable. Enfin son coût de maintien en conditions opérationnelles est bien inférieur à celui des bases américaines financées par le Département de la Défense et va décroître de plus de 15% de 2002 à 2006 grâce aux gains de productivité déjà identifiés ».

« Le processus d’européanisation engagé lors des contrats précédents se poursuivra grâce à la coopération entre les équipes de l’ESA et du CNES » a pour sa part déclaré Jean-Jacques Dordain à l’issue de la cérémonie de signature « en particulier dans le domaine de la politique industrielle, avec comme objectif d’obtenir pour chaque Etat-membre de l’ESA un retour industriel satisfaisant à l’issue de cette période 2002-2006 ».

Jusqu’au 31 décembre 2001, le Cnes et Arianespace étaient liés par le « Protocole Cnes/Arianespace », expirant à cette date. Cet accord prévoyait (dans les grandes lignes) qu’en contrepartie du paiement à l’Agence et au Cnes d’une redevance annuelle, Arianespace devait bénéficier, de la part du Cnes/CSG, de l’accès aux ensembles de lancement (ELA) mais aussi de supports opérationnels ainsi que de prestations diverses. Il s’agissait de prestations dites « standards » ou « optionnelles » telles que l’optique ou la vidéo, le suivi et la fourniture de télémesures, un support à la préparation des satellites, la sauvegarde… et encore des prestations dites « permanentes » de services, de logistique et de maintenance. Ce triptyque contractuel constituant un vaste ensemble désigné couramment sous le terme des « Accords Kourou ». Le contrat dit ACIA (Activités à Caractère Industriel pour Arianespace) venait s’ajouter à ce dispositif avec des prestations de type maintenance (systèmes électriques, climatisation, laboratoire, moyens de transport et de manutention…) et des prestations de logistique et de service, telles que le traitement des déchets industriels par exemple. Il prévoyait également des prestations de supports pour la mise en œuvre opérationnelle des systèmes sur les ELA et qui sollicite de nombreuses équipes pour les aspects énergie, climatisation, laboratoire, transports… décrites dans le Plan d’opération d’Arianespace.
Le calcul de la redevance était assez compliqué et fluctuait fortement d’une année sur l’autre car il reposait sur plusieurs paramètres liés au nombre de lancements, aux satellites et aux résultats d'Arianespace. Le Cnes devait également faire la part des prestations dues au titre de la redevance et des prestations payables par Arianespace. Cela donnait des contrats structurellement très composites et difficiles à borner.

Désormais deux contrats distincts régissent les relations entre le Cnes et Arianespace : le Contrat de support industriel (CSI), qui remplace l’ancien contrat ACIA et le Contrat de support opérationnel (CSO), qui reprend les prestations standards et optionnelles. Ce dernier concerne les prestations liées aux campagnes de lancement et réalisées par les services du Cnes/CSG dans le périmètre et avec les moyens du Cnes/CSG (station météo, stations aval, EPCU…). Le contrat de support industriel concerne les prestations qui s’exercent sur les ensembles de lancement, donc avec des moyens Arianespace ou Esa mais sous l’autorité technique d’Arianespace. Dans les deux cas, on distingue les prestations fixes, qui ne dépendent pas du nombre de lancements effectués, des prestations variables directement liées aux campagnes de lancements. Ces deux contrats sont financièrement assumés à 100 % par Arianespace.

2003

V158 est le dernier lancement réalisé depuis l' ELA 2.Le pad a lancé aussi depuis 1988 les 114 Ariane 4, toute version confondues. Trois ont été des échecs (V36 en février 1990, V63 en janvier 1994, V70 en décembre 1994) soit 97% de succès. il y a eu 10 missions en orbite héliosynchrone (Spot 2 en 1990, ERS 1 en 1991, Topex en 1992, Spot 3 en 1993, ERS 2 en 1995, Helios 1A en 1995, ISO en 1995, Spot 4 en 1998, Helios 1B en 1999 et Spot 5 en 2002) et le reste en GTO.  Le plus grand nombre de lancements Ariane 4 effectués sur une année a été 1995 et 1997 avec 11 lancements.

2004

Le CSG lance 3 Ariane 5, le vol V158 avec la sonde Roseta et 2 vols commerciaux V163 et 165. Ce sera la dernière utilisation de la version G+ d'Ariane 5.

2005

Le CSG s'agrandit avec la construction d'un pad de tir pour le lanceur Soyouz sur un terrain au Nord du centre, sur la commune de Sinnamary. Un accord de coopération russo-européen a été signé en 1996 quand à l'utilisation du lanceur russe depuis Baikonour et la Guyane. l'Europe peut lancer des Soyouz depuis le CSG et offrir ainsi à des charges alternatives à Ariane 5 l'orbite GTO.
Avec le tir V164, Ariane reprend du service après l'échec de 2002.
De 2005 à 2007, le CSG poursuit ses lancements avec Ariane 5. 5 vols sont réalisés avec succès en 2005 pareil en 2006 et 7 en 2007.

2008

Le lancement de l'ATV, le cargo à destination d'ISS est réalisé avec une Ariane ES doté d'un étage supérieur à propergols stockables.

2009

La dernière Ariane 5 GS est lancé en décembre avec le satellite Helios 2B

2011

Le vol V200 marque le 200e vol d'une Ariane depuis 1979, le 16 février (ATV 2). Premier tir d'un lanceur Soyouz depuis la Guyane le 21 octobre (Galiléo).

2012

Premier lancement du petit lanceur à poudre Vega le 12 février depuis l'ancien pad d'Ariane 1, l'ELA 1 devenu ZLV. VA208 marque le 50e tir consécutif avec succès d'une Ariane 5. Ariane emporte pour ce vol 10200 kg, soit 130 kg de plus que le vol V201.

2013

Le CSG lance 4 Ariane 5 ECA, un Vega et 2 Soyouz.

2014

Le dernier cargo ATV à destination d'ISS s'élance du CSG le 29 juillet (VA219). L'ATV est la plus lourde charges envoyés en orbite depuis le CSAG. 4 lanceurs Soyouz et un Vega sont également lancés.

2015

3 lanceurs Vega, 3 Soyouz et 6 Ariane 5 quittent le CSG, soit 12 lancements.

2016

11 lancements sont réalisés, 7 Ariane 5 (dont une ES pour Galiléo), 2 Soyouz et 2 Vega, soit 27 satellites placés en orbite (61 tonnes). Ariane 5 réalise 75 lancements consécutif avec succès depuis avril 2003, battant le record d'Ariane 4 (74 lancements).

2017

11 lancements sont réalisés, 2 Soyouz, 6 Ariane 5 (dont une version ES pour Galileo) et 3 Vega.

2018

Le CSG fête ses 50 ans depuis le premier tir de la fusée sonde Véronique en novembre 1968.
Le CSG, c'est depuis 1968 9 pad de tir, plus celui d'Ariane 6 en construction. L'ELA 1 d'Ariane 1 a été recyclé pour le lanceur Vega.
Arianespace a depuis sa création en 1980 lancé 462 satellites depuis le CSG.
Le CSG a lancé 208 lanceurs de satellites depuis 1968, 8 Diamant, 1 Europa, 11 Ariane 1, 11 Ariane 3, 6 Ariane 2, 116 Ariane 4, 98 Ariane 5, 18 Soyouz et 11 Vega.
353 fusées sondes ont été lancé du CSG de 1968 à 1992, Véronique, Eridan, Super ARCAS, Bélier, Dragon, Vesta, Nike Cajun, Dauphin, Centaure, Super Loki, Skua et M100.

Les directeurs du CSG
_ Guy Kramer 1966-69
_ Yves Silliard 1969-71
_ Bernard Deloffre 1971-73
_ Henri Bortzmeyer 1973-75
_ Jean Gruau 1975-77
_ Albert Vienne 1977-80
_ Pierre Bescond 1980-82
_ Marius Lefèvre 1982-85
_ Andre Remondière 1986-1991
_ Michel Mignot 1992-2000
_ Pierre Moskowa 2000-2003
_ Jean Louis Marcé 2003-2007
_ Joel Barre 2007-2012
_ Bernard Chemoul 2012-206
_ Dider Fabre 2016

directeurs csg.jpg (114240 octets)

De g à dr: Mignot, Deloffre, Bescond, Vienne, Sillard, Gruau, Kramer, remondière et Lefèvre.

 

LE CENTRE TECHNIQUE DU CSG
L' ENSEMBLE DE PREPARATION CHARGES UTILES
ELA 1
1986 ELA 2
1996 ELA 3