BEC, ELA, ELV, d'EUROPA à VEGA 

 
ELV europa2 1971.jpg (480321 octets)

Avec les accords d'Evian de 1962, la France doit partir d'Hamaguir (Sahara) et se trouver une nouvelle base de lancement pour ses fusées. L'implantation d'un site en métropole est suggérée dans un premier temps puis abandonnée. La France se tourne vers ses DOM-TOM et s'installe en Guyane. Situé sous une latitude de 5°, ce site permettra de lancer des satellite directement en orbite géostationnaire en bénéficiant d'un appoint de vitesse du à la rotation de la Terre. 

Les fusées sondes Véronique et les lanceurs Diamant B seront les premiers à quitter la Guyane. Le CSG, centre spatial guyanais offre son site à l'Europe et au CECLES-ELDO, l'ancêtre de l'ESA pour Europa 1. Un pad de tir est construit qui malheureusement se réalisera un seul lancement en novembre 1971. L'échec du vol qui fait suite à des années de déboires sonne la fin du programme.

 

ELV 1976 01.jpg (580243 octets) La création de l'ESA, une véritable agence spatiale européenne et la décision de développer un lanceur de substitution à Europa, Ariane pour assurer l'indépendance du "vieux continent" redonne du sang neuf. Le pad de tir d'Europa, la Base Équatoriale du CECLES fait place à l'ELA 1, l'ensemble de lancement Ariane.  ELV 1978.jpg (442676 octets)
Un nouveau massif de lancement est réalisé et la tour de montage rehausser, Ariane étant plus haute de 12 m. En bordure du site, on construit de nouvelles aires de stockage pour les ergols, UDMH, N2O4 et hydrogène liquide. Le système d'avitaillement d'Ariane est original et entièrement automatisé. Il ne nécessitera plus la présence d'ergoliers ni de camions avitailleurs sur place comme c'était le cas avec les fusées " Europa 2 " et " Diamant " par exemple.

 

ELV ariane 3.jpg (675983 octets) L'ELA 1 supportera les lancements des 11 Ariane 1 entre 1979 et 1986 et de 8 Ariane 2-3 entre 1986 et 1989, en parallèle avec l'ELA 2 construite un peu plus loin. En juin 1991, la tour de montage est détruite et le pad laissé à l'abandon. ELV 2000.jpg (263175 octets)

 

ELV 3D.jpg (379750 octets) Le développement du petit lanceur à poudre Vega par l'ESA donne une troisième vie au site en novembre 2001. L'ELA 1 devient l'ELV, ensemble de lancement Vega. Les deux carneaux chargés d'évacuer les gaz au lancement sont réutilisés, l'ancienne table Ariane est remplacée par une nouvelle qui permettra de glisser le premier ELV 3D 02.jpg (451677 octets)
étage du lanceur, le P80 sur sa palette directement de son fardier. Il sera préparé au BIP d'Ariane 5 et transporter par route. Une tour de montage de 50 m de haut plus légère permettra l'assemblage du lanceur grâce à trois plateforme de travail. Elle sera sur rails et recouvrira Vega. Le chateau d'eau qui servait pour refroidir les carneaux d'Europe et d'Ariane n'aura pas le même rôle pour Vega. Il assurera simplement l'eau courante et le rinçage des installations après le décollage. 

 

ELV 2006 PICT0888.JPG (313491 octets) ELV 2006 PICT0910.JPG (376159 octets) ELV 2006 PICT0922.JPG (330192 octets)
Vue générale du site le 18 septembre 2006. Nous sommes sur la plateforme de roulement de la future tour de montage de Vega. Au fond la table de lancement et à l'opposé  , l'ELA 2 et le BIL.
ELV 2006 PICT0891.JPG (439267 octets) ELV 2006 PICT0893.JPG (431267 octets) ELV 2006 PICT0912.JPG (402973 octets)
Le massif de lancement de l'ELA 1 dont les éléments constituant la table de lancement d'Ariane 1 ont été démontés. Les carneaux seront laissés tel quel juste remis à neuf. Un déflecteur en béton au centre du jet sera coulé.

ELV 2006 PICT0904.JPG (410047 octets)

Le château d'eau