La lavande on s'y connait !! HISTOIRE DE MISSILES...
LE 1er GMS DU PLATEAU D'ALBION

 

CENTRE D'ESSAIS DES LANDES

Aucun test de mise à feu des missiles S2 ou S3 n'a été fait du plateau d'Albion, les silos étant à usage unique. Tous les essais des missiles se sont déroulés depuis deux sites principaux:
_
Le Centre interarmées d’essais d’engins spéciaux (CIEES), à Hammaguir, avec divers moyens de flanquement et des réceptacles temporaires, constituant le Champ de tir du Sahara de 1960 à 1967 ;
_ Le Centre d’essais des Landes (CEL), comprenant la base principale de Biscarosse et différentes annexes.

CEL vue generale 02.jpg (242696 octets) Vue générale du CE fin des années 1990.
[1] les bâtiments du DGMS 
[2] les bâtiments d'hébergement des cadres .
[3] le 17° régiment d'Artillerie  (formation anti-aérienne).
[4] le  PCCT  (poste de contrôle du champ de tir) 
[5] le centre réception radio (antennes troposphériques). 
[6] bureaux

En juillet 1962, quatre mois après la signature des accords d'Evian, qui prévoyaient la fermeture du CIEES pour le 1er juillet 1967, le gouvernement français décide de créer un centre d'essais de missiles dans les Landes, près de Biscarosse. Le CEL (Centre d'Essais des Landes) devait permettre de tester à la fois des engins tactiques, des missiles tactiques nucléaires (300 km de portée) et des missiles stratégiques (3000 km de portée). La séparation des activités militaires et civiles conduisit à créer la base spatiale de Kourou en Guyane.

Les moyens d’essais nécessaires sont rapatriés du CIEES ou lancés en fabrication. La SEREB réalise la Base de lancements balistiques (BLB) pour la préparation et le tir des missiles SSBS et MSBS tirés de terre. Les tirs de missiles SSBS sont réalisés depuis le silo multicoups de la Base Pré-Opérationelle BPO en direction de l'Atlantique. Ces tirs permettaient d'asseoir et démontrer la crédibilité de la force de frappe, de valider les performances du missile et de valider les procédures de mises en oeuvre et d'utilisation au sol. 

 

 D'autres installations terrestres vinrent compléter celles de l'établissement principal de Biscarosse. Du fait de l’atténuation des ondes radio-électriques par la flamme du missile et des risques de perte de trajectographie qui en découlaient, une station de flanquement est créée à Hourtin, à 100 km au nord, pour prendre le relais des moyens de Biscarosse après quelques dizaines de secondes de vol propulsé. Une station dite de grand flanquement est créée en Bretagne, près de Quimper, pour les tirs du missile M4 (sous-marin)  pour lesquels la station de Hourtin était insuffisante. La station de Quimper rendait en outre possibles les tirs à très longue portée à partir de sous-marins en plongée à proximité des côtes bretonnes. Une station annexe, implantée dans l'île portugaise de Florès, dans les Açores, avait pour fonction principale la trajectographie des objets en phase balistique.

Vue aérienne du DGMS, Détachement du 1er GMS qui
était chargé de réceptionner et de mettre en ouvre les missiles d'essais.

La base Pré Opérationnelle au CEL 


Les moyens navals et aériens du champ de tir situés au réceptacle – zone de retombée des principaux objets de la charge utile du missile – ont pour mission principale de recueillir les mesures relatives aux divers objets durant les soixante secondes qui s'écoulent entre la rentrée dans l’atmosphère et les impacts en mer. Le bâtiment Henri Poincaré, équipé de radars de trajectographie, d'antennes de réception des télémesures et de moyens optiques, constitu
e
le principal moyen naval. Le remplacement en 1992 du Henri Poincaré par le Monge, encore mieux équipé, conduit à une simplification du dispositif aérien et naval et à la fermeture l'année suivante de la station de Florès destinée aux missiles de grandes portée (3000 km).

 

Salle d'opération, poste de contrôle et de commandemant

Si les essais de missiles tactiques commencent dès mars 1964, le premier prototype d'IRBM (S112 mono-étage) n'est lancé que le 15 février 1966, c'est un échec, la tuyère est perdu en vol. Le CEL a permit de tester les différents étages des missiles Français comme le véhicule S112 dont les essais avaient débuté au CIEES,  le véhicule S01 de portée réduite, les véhicules M012 et M013, puis MSBS M1, le S02, puis SSBS S2, le MSBS M2 puis M20, le SSBS S3, MSBS M4, puis M45. On peut citer également les essais des missiles nucléaires tactiques : Pluton (propulseur Styx) à partir de 1968, puis Hadès (propulseur Archeron) à partir de 1988.

En outre, de 1964 à 1968, quelques tirs (M1 principalement) ont été effectués de l’Île du Levant, dans ce qui devint quelques années plus tard le Centre d’essais de la Méditerranée (CEM).
Relevant de la Direction des recherches et moyens d'essais (DRME) après la création de la DMA en 1961, ces deux derniers champs de tirs ont été rattachés à la DTEN à partir de 1977.
 
Les campagnes de tir étaient réalisés comme pour un tir réel. Un missile était prélevé du plateau d'Albion, désassemblé et envoyé dans les Landes pour être remonté et installé dans un silo. Contrairement au plateau d'Albion, le silos des landes étaient réutilisable.  Au cours de la vie opérationnelle du S2, il fut procédé à sept tirs d’exercice, dont cinq furent des succès entre décembre 1971 et mars 1977. Pour le S3, le premier tir d'évaluation opérationnelle est réalise en décembre 1980. 10 tirs se succéderont jusqu'en novembre 1993.  

CEL campagne de tir.jpg (65756 octets)

CEL essai missile.jpg (168408 octets)

Campagne de tir

    

Dans le domaine des fusées civiles, le CEL fut utilisé pour lancer les derniers exemplaires de Rubis et Cora en 1967. Quelques fusées-sondes de Sud Aviation ainsi que deux fusées expérimentales de l'ONERA y ont également été tirées.

TIRS DE MISSILES "S" AU C.E.L
DATE MISSILES OBSERVATIONS
1966 15 fév SSBS S112 2603 SSBS S1 Apogée: 50 km Silo 1
1966 7 juin SSBS S112 2604 SSBS S1 Apogée: 50 km Silo 2
1966 30 juin S-112 N°5
1966 10 nov SSBS S112 2605 SSBS S1 Apogée: 50 km Silo 3
1967 2 mars SSBS S112 2606 SSBS S1 Apogée: 50 km Silo 4
1967 25 juil S01V-1 SSBS S1 Apogée: 50 km
1967 10 nov S01V-2 SSBS S1 Apogée: 50 km
1968 23 janv S01V-3 SSBS S1 Apogée: 500 km.
1968 9 avril S01V-4 SSBS S1 Apogée: 500 km
1968 3 juil S01V-5 SSBS S1 Apogée: 500 km
1968 26 juil S01V-6 SSBS S1 Apogée: 500 km
1968 8 oct S01C-1 SSBS S1 Apogée: 500 km
1968 9 nov S01C-2 SSBS S1 Apogée: 500 km
1968 21 déc SSBS S02 V1 SSBS S2
1969 23 avril SSBS S02 V2 SSBS S2
1969 30 mai   SSBS S02 V3 SSBS S2
1969 24 juin SSBS S02 V4 SSBS S2
1969 25 juil SSBS S02 C1 SSBS S2
1969 13 oct SSBS S02 C2 SSBS S2
1969 10 déc SSBS S2. SSBS S02 C3
1970 20 avril SSBS S2. SSBS S02 C4
1970 24 sept SSBS S2. SSBS S02 C5
1970 10 nov SSBS S2. SSBS S02 C6
1971 16 déc SSBS S02 S-1E-2601 SSBS S2 Tir d'exercice
1973 14 févr SSBS S2. SSBS S02 2601
1973 15 mars SSBS S2. SSBS S02 2602
1973 18 sept SSBS S2 S-1E-2602 SSBS S2 Tir d'exercice
1974 30 janv SSBS S2 S-1E-2603 SSBS S2 Tir d'exercice
1974 18 juin SSBS S2 S-1E-2604 SSBS S2
1975 24 juin SSBS S2 S-1E-2605 SSBS S2
1976 1er juin SSBS S2 S-1E-2606 SSBS S Tir d'exercice
1976 3 déc SSBS S3 V1 SSBS S3
1977 16 mars SSBS S2 S-1E-2607 SSBS S2 Tir d'exercice
1977 14 avril SSBS S3 V2 SSBS S3
1977 30 juin SSBS S3 V3 SSBS S3
1977 17 nov SSBS S3 V4 SSBS S3
1978 5 avril SSBS S3 V5 SSBS S3
1978 20 juin SSBS S3 V6 SSBS S3
1978 2 déc SSBS S3 V7 SSBS S3
1979 20 mars SSBS S3 V8 SSBS S3
1979 16 juil SSBS S3 TS-2601 SSBS S3.  Qualification
1980 10 déc SSBS S3 2601 SSBS S3 Tir d'exercice
1981 3 juin SSBS S3 2602 SSBS S3 Tir d'exercice
1982 25 mai SSBS S3 2603 SSBS S3 Tir d'exercice
1983 4 oct SSBS S3 2604 SSBS S3 Tir d'exercice
1984 26 juin SSBS S3 2605 SSBS S3 Tir d'exercice  
1985 25 juin SSBS S3 2606 SSBS S3 Tir d'exercice  
1986 10 fév SSBS S3 2607 SSBS S3 Tir d'exercice
1987 10 juin SSBS S3 2608 SSBS S3 Tir d'exercice
1989 18 juin SSBS S3 2609 SSBS S3 Tir d'exercice
1991 24 juin SSBS S3 26010 SSBS S3 Tir d'exercice
1993 3 nov SSBS S3 26011 SSBS S3 Tir d'exercice

 Au total, plus de 9 000 essais en vol de missiles et 900 tirs sur les rails de simulation dynamique ont été réalisés au CEL depuis 40 ans. Selon certaines sources, lors du tir du 30 juillet 1966 un S112 éclata en sortie de silo provoquant un incendie qui dévasta quelques 600 hectares de forêt et au cours duquel les pompiers perdirent 18 de leur 23 véhicules.
Le centre d'essais des Landes a été rattaché à la direction des engins (DEN) en 1977 devenu ensuite DME.
Depuis le 17 janvier 1997, le CEL est l'un des centres d'essais de la DCE-ETC.3, branche essais de missiles et d'engins. 

CEL base pre op demantelle.jpg (271955 octets)

La base démantelée

LE PLATEAU D'ALBION AUJOURD'HUI