RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

CHRONOLOGIE ARIANE

1990

Arianespace annonce un CA de 3,8 milliards F en 1989, ce qui porte le score à 12 milliards depuis 1980. Arianespace a lancé 16 fusées et mis en orbite 25 gros satellites en 25 mois, de septembre 1987 à octobre 1989. 7 tirs par an ont été réalisé en 1988 et 89. La société a lancé ses premiers satellites Japoanis et l'énorme Intelsat 6 de 4400 kg. Depuis 10 ans, 34 tirs ont été fait avec 4 échecs, soit un taux de réussite de 88,2%.
En 1989, Arianespace n'a obtenu que 7 des 9 contrats espérés. Du coté US, General Dynamics en a signé 5, Mc Donnell Douglas 2 et Martin Marietta aucun. Ariane n'a pris seulement que la moitié du marché mondial cette année, alors qu'elle était à 60 ou 70%. La concurrence arrive. Les 7 contrats signés en 1989 sont hors Europe (BS 2X, Galaxy 6, SBS 6, Satcom C1 et Intelsat 6). Les commandes globales cumulées s'établissent à 74 satellites, soit 25 milliards F. La société doit lancer encore 33 satellites. Ariane a en attente des contrats pour lancer les Satcom C3, Helios 1 et Telecom 2B (France), Italsat 1B (italie), DFS 3 (Allemagne), ISO (ESA), LocStar (France) et Hispsat (Espagne). A cela s'ajouteraient les Eutelsat, Immarsat, Brasilsat, Truksat, Galaxy, Intelsat 7 et Telstar 4. Arianespace pense aussi étendre ses offres aux pays de l'Est, en pleine restructuration depuis quelques temps.

Arianespace va augmenter la performance d'Ariane 4 pour la porter à 4400 kg contre 4200 kg actuellement. Lors du vol V31, en juin 1989, Ariane 44L, pesant 482,5 tonnes avait placer sur orbite GTO une charge de 4418 kg, dont 3907 pour les 2 satellites. Cette augmentation sera généralisée sur les prochains lanceurs grâce à la mise en niveau du 3e étage H10, qui deviendra un H10+, avec allongement des réservoirs pour emporter 300 kg d'ergols supplémentaires. La performance sera de +4400 kg en GTO, se répartissant en 2500+ 1400 ou 3200+ 700 kg. D'autres améliorations sont prévues par Arianespace pour porter la charge à 4700 kg en GTO d'ici 1997.

4 janvier, dans le dock de l'ELA2 est mis en place sur la table de lancement du L220 du lanceur 407 qui lancera les 2 satellites japonais, Superbird 1 et BS 2X, dont le lancement doit avoir lieu en février V36A. Juste avant aura lieu le lancement V35A le  10 janvier (Spot 2). Ces lancements prévus à l' origine en décembre 1989 et janvier 1990 ont été repoussé suite à l' indisponibilité du satellite Superbird. Arianespace a donc décidé de lancer Spot 2 avant Superbird comme le prévoyait le calendrier initial. Deux créneaux de lancement ont donc été perdu et le calendrier pour 1990 est décalé d' un mois.
Suivront V37 le 29 mars pour TDF 2 et DBS 2, V38 en mai pour Eutelsat 2A et MOPS2, V39 en juin pour Skynet 4C et Gsatr 4, V40 fin juillet pour SBS 6 et Galaxy 6, V41 en septembre pour Italsat 1A et Eutelsat 2B, V42 en novembre pour Satcom K3 et Stacom C1 et enfin V43 en décembre pour Anick E1.

1990 V35 transfert.JPG (158387 octets)

Le lanceur L408 du vol V35A. Cette première Ariane 40 est composé du L220 P408, du L33 D408 et hu H10 T407 initialement installé sur le lanceur L407 car la mission Spot 2 devait voler avec un H10 avec la passivation, "obligatoire" sur l'orbite SSO.

ARIANE 40 V35

Le lancement de la première Ariane 40 prévu le 10 janvier est repoussé au 21 après la découverte d' un problème sur l' enregistreur magnétique du satellite Spot 2.
Ariane 40 décolle le 21 janvier (après un report de 24 heures du à la météo) à 22 h 35 mn locale avec à bord Spot 2, le petit frère de Spot 1 lancé en 1986 par une Ariane 1.

1990 V35 pad 01.JPG (360448 octets)      1990 V35 pad 02.jpg (125886 octets)

ARIANE 44L V36

1990 V36 pad 02.jpg (385086 octets)

Le 22 février, la troisième Ariane 44L s' envole de Kourou à 20 h 17 locale avec à son bord les satellites Japonais Superbird et BS 2X. 101 secondes après, la fusée explose en vol détruisant la charge utile de 3750 kg estimé à plus d'un milliard de F. L'explosion a eut lieu alors que les 8 moteurs Viking fonctionnaient à pleine poussée. C' est le 36 eme lancement depuis 1979 et le 5 eme échec. 54 satellites ont été embarqués depuis plus de 10 ans, dont 8 ont été perdus. C' est aussi le 5 eme tir d' une Ariane 4 et le 3 eme en version 44L et le 17eme succès consécutif. Cet échec va donc retardé les prochains lancements de quelques mois, Arianespace espérait réaliser cette année 7 à 8 tirs. Les deux satellites japonais qu' embarquaient Ariane V36 Superbird 1B et BS 2X représentent une perte de 1,7 milliards de F. Seul BS 2X était assuré par la société de réassurance S3R qui devra payer là son premier sinistre sur 17 contrats signés. 

   

Partie haute du lanceur V36. Noter la couleur aluminium de la SPELDA courte (UV5), comme sur V31 en 1989 avec également un satcom Superbird A et DFS 1. Dans les toutes premières versions de SPELDA il y avait un film externe et interne (l’alutiss) métal/plastique destiné à écouler les charges électrostatiques, qui assurait aussi la protection des fibres de carbone vis à vis de l’humidité et des chocs. Cette version initiale dont je ne me souvenais même pas qu’elle avait volé était très chère et avait un certain nombre d’insuffisances techniques . Arianespace a lancé très rapidement le SPELDA Improvement Program destiné à remédier aux insuffisances techniques et à définir un coût objectif de production. Ce programme a été majoritairement financé par le BNSC (British National Space Center) sur spécifications Arianespace. Un autre SPELDA de ce type (UV17) volera en 1993 sur V61 (Meteosat 6 et Solidaridad).

L'alerte est donnée à Kourou pour prévenir d'une éventuelle retombée de gaz toxiques et le lendemain les légionnaires sont déjà dans la vase des mangroves, jusqu'à la ceinture, pour rechercher les morceaux du puzzle. Dans les jours qui suivent, le moteur D est retrouvé. Un premier scénario se précise. Une chute de poussée d'au moins un moteur a provoqué la lente dérive du lanceur qui sous l' effort s'est rompue. D'après les premières données, la pression des moteurs Viking du premier étage et des PAL a été nominale jusqu'à H+6,2 s. A ce moment, elle chute sur le moteur D de 58 à 30 bars jusqu' à H+110 s. Perte d'alimentation en eau, perte de régime, la poussée n'est plus symétrique, le lanceur glisse sur sa trajectoire et penche du coté du moteur défaillant. Le système de pilotage est entré en action à H+6 et 8,5 s en transmettant des ordres de braquage plus important aux autres moteurs pour compenser. Un incendie se déclare sur le propulseur PAL.
A H+ 90 s, les corrections de pilotage atteignent leur maximum, les moteurs étant braqués au maximum (4°).
A H+110 s, les efforts sont tel sur la structure que le lanceur se casse et explose à 9000 m d' altitude  et à 12500 m du pad de tir. 
L' ELA 2 n' a pas été endommagé malgré le passage du lanceur un peu trop près du sommet (3 m au lieu de 7), à quelques secondes près, le lanceur touchait la tour.

Le manque de poussée dès le décollage se fait rapidement sentir puisque le lanceur monte lentement (sur l'image on peut voir que le lanceur V36 met une seconde de plus pour dégager la tour, à comparer avec le lanceur V48 à droite). Sur la trajectographie de gauche, on peut voir que le lanceur est plus lent puisque la croix, qui représente la position réelle est sous la carré qui représente la positon que doit avoir le lanceur à l'instant donné. Sur la trajectographie de droite, on distingue mieux la trajectoire empruntée par V36 et on remarque que quasiment dès le départ, elle était en dehors de sa courbe. On note l'inquiétude du DDO M Gaillard. Dans le CDL2, une voix a dit" le jet du moteur a léché la tour, c'est foutu!". La personne avait vu le déport latéral. Moins de 1mn après, quelqu’un de l’autorité technique avait calculé que le moteur D du L220 avait des problèmes dus à la pompe à eau en relation avec une obstruction de l’alimentation en eau qui descendait depuis la jupe inter réservoir L220.
Le lancement des deux satcoms japonais étaient prévu sur V35 avec une Ariane 44L, L408. Suite à des vérifications sur le satellite SuperBirb par le constructeur US Ford, la mission est ajournée. Le lanceur est transformé en version 40 pour lancer Spot 2. Les PAL démontés se retrouvent sur un autre lanceur avec un autre L220, le P407 pour lancer les deux satcoms, pour la mission V36. La tuyauterie d'eau du P407 étant obturée depuis le début, la trajectoire s'est retrouvée modifiée dès le décollage. Si Ariane L407 avait été lancé en version 40, l'accélération plus faible du lanceur aurait probablement fait qu'il rentre en collision avec le mat ombilical, occasionnant plus de dégât. Seul le bras cryogénique a du être changé après le vol 36. Le lanceur est passé à 3 mètres de la tour au lieu des 7 habituellement.

La récupération des éléments du lanceur durera 3 mois, derrière le village indien avec hélicoptère, barges, plongeurs, démineurs et ministres en goguette. Des recherches épuisantes dans la mangrove avec des légionnaires "super sympa" qui jouaient avec les acides et la pyro comme des enfants pour récupérer notamment le moteur du PAL 3 et le moteur Viking D de la baie moteur. Le moteur du PAL 3 sera remonté au port à Kourou le 12 mars. Décontaminé, il sera renvoyé en métropole pour expertise.

Avril, la commission d' enquête nommée après l' échec du V36 remet son rapport. C' est une erreur humaine qui à causer la perte du lanceur V36, en l' occurrence un bout de chiffon noué en 2 endroits oublié par un technicien dans une vanne d'alimentation en eau du moteur Viking D. 'Ce chiffon faisait partie d'un ensemble pour éviter de faire entrer de la limaille dans la ligne qui était ensuite tringlée. Enfin, on contrôlait à l'oeil à travers le tuyau l'absence de chiffon. Lors de l'allumage du moteur, le chiffon a été entraîné dans la ligne et s'est coincé dans la vanne d'alimentation. Le débit d'eau était réduit et le moteur est resté stable avec une poussée réduite. On dit que la fusée a perdu un demi moteur sur les 8 ce qui l'a déporté vers la tour. A cela s'est ajouté une seconde anomalie, liée à la non polymérisation de Loctite d'un raccord L220 vers PAL ce qui a occasionné un incendie qui aurait pu perturber la séparation du pal. Le CNES et Arianespace devront maintenant prendre en considération une nouvelle politique de contrôle dans le montage, l' assemblage et la préparation du lanceur aussi en métropole qu' en Guyane. Sur les 44 recommandations faites, Arianespace devra en prendre 9 en considérations pour la reprise des vols avec V37. L'incendie du PAL est la résultante d'un défaut d'étanchéité des tuyauteries U et N du régulateur d'équilibre. Concernant la fuite sur le moteur du PAL, les inspections réalisées sur vol 36 ont montré un problème général de serrage des liaisons coniques qui a conduit à la mise en place de la méthode dite "des traits repères" mise au point par la SEP et aussitôt appliquée sur vol 37 et tous les lancements Ariane 4 et A5 suivants. D'autre part, la séquence de largage du lanceur de la table après allumage des moteurs induisait une double scrutation des PF (pression foyer), vérification des TGAT (Temperature générateur Turbo pompe) et sigma des PF et  un maintient supplémentaire sur table. Les modifications sont appliquées dès le vol 46, la nouvelle séquence de largage fait rester 1 seconde de plus sur table avant de décoller. Le régime moteur étant établit , il se consommait 275 kg d'ergols supplémentaire par moteur Viking soit un équivalent de perte de charge utile d'une petite dizaine de kilos (en mission GTO)....donc assez négligeable. Sur certains vols, il a fallu compenser en faisant un sur-remplissage en ergols du H10.

       

Récupération du moteur du PAL 3 du vol 36: "Pour essayer de mieux voir l'état de la chambre, nous avons essayer de détordre le divergent trop aplati. Pour cela nous avons mis un cric de Renault 4L et un petit bout de madrier de bois. L'alliage du divergent était si résistant qu'à un moment le cric a ripé et le bout de madrier s'est retrouvé prisonnier à l'intérieur du divergent qui avait repris sa forme aplatie. Malgré nos efforts, il a été impossible de le ressortir. Du coup, on a fait un petit mémo pour la commission d'enquête afin d'expliquer la présence de ce bout de madrier dans le moteur !"

Mai, Arianespace annonce qu' elle prendra en compte non pas 9 mais 22 des 44 recommandations de la commission d' enquête sur l' échec du V36. Arianespace signe aussi le 9 mai un contrat pour lancer les satellites français Locstar 1C et 1B en 1992. 9 contrats ont déjà été signé par la société depuis le début de l' année, ce qui porte le carnet de commande à 38 satellites (16 milliards F).

ARIANE 44L V37

1990 V37 integration L33.jpg (771268 octets)

Le lancement, de V37 prévue initialement pour avril 1990 est reporté suite à l'échec de V36. La campagne de lancement démarre le 28 mai avec l' application des recommandations de la commission d' enquête à savoir le contrôle d' étanchéité des circuits HP et de non obstruction des lignes d' alimentation en ergols et en eau des moteurs Viking, ainsi que sur l' installation de protections thermiques supplémentaires dans les zones proches des moteurs des étages du lanceur. Depuis cette campagne, les chiffons utilisés sont désormais numérotés. Dans la séquence du décollage, on envisage de modifier la séquence de décollage à partir du vol V41 ou 42, avec un décollage à H+4,8s le temps de contrôler au mieux les moteurs Viking en début de régime. Le lancement est prévu pour le 20 juillet.

Ariane V37 décolle de Kourou le 24 juillet à 19 h 25 locale mettant en orbite les satellites TDF 2 et DFS 2, les doublures des TDF 1 et DFS 1 lancés par Ariane en octobre 1988 et juin 1989.
TDF 2 2054 kg assurera la diffusion de programme Tv en D2MAC qui préfigure la TV numérique. DFS 2 1419 kg assurera les liaisons téléphoniques avec la RDA.     

DFS Kopernikus 2 (télécommunications) de 1 419 kg construit par Konsortium R-DFS (Allemagne) pour le compte de Deutsche Telekom (Allemagne)
TDF 2 (télévision directe) de 2 057 kg construit par Eurosatellite (France/Allemagne) pour le compte de TéléDiffusion de France.
Leurs petits frères TDF 1 et DFS 1 ont été lancé respectivement par Ariane en octobre 1988 et juin 1989.

Arianespace prévoit encore 3 vols d' ici la fin de l' année V38 à 40 et pour 1991 9 vols V41 à 49 pour lancer 19 gros satellites et quatre petits en passager. le carnet de commande s' élève à 37 satellites à lancer soit 15,8 milliards F.

ARIANE 44LP V38

1990 V38 pad.jpg (71316 octets)

Lancement le 30 août à 19 h 46 locale pour la mise en orbite des satellites Eutelsat 2F1 et Skynet 4C (militaire).

ARIANE  44P V39

Après une campagne de lancement nominale commencée le 16 août, Ariane V39 est lancé le 12 octobre à 19 h 58 locale porteuse des satellites Galaxy 6 et SBS 6 de Hughes Aircraft. Le lanceur 44P a décollé avec la masse record de 4208 kg de charge utile.
Galaxy 6 (1214 kg) est un satellite de télécommunication en bande C (6eme du nom) tandis que SBS (2484 kg) est le troisième en bande Ku.

1990 V39 L33.jpg (138332 octets)    1990 V39 transfert.jpg (203105 octets)

Septembre 1990, AE et CNES demandent à retarder le rang d'application de la séquence de larguage du lanceur sur le pas au Vol 44. La décision finale sera reporté au Vol 46 (avec décollage à H0+4,4s)

ARIANE 42P V40

Lancement le 20 novembre à 20 h 11 locale d' Ariane V40 porteuse des satellites Satcom C1 et Gstar 4. C' est le premier lancement d' AR 42P uniquement équipé de propulseurs à poudre avec une masse totale de 318 tonnes dont 2661 pour la charge utile. 
Satcom (1169 kg) et Gstar (1295 kg) sont placés sur orbite GTO 202-35927 km, inclinée à 7,02°.

    1990 V40 launch.JPG (123213 octets)

C' est le dernier lancement de l' année, Arianespace espérant 9 tirs en 1991, dont le premier le 15 janvier V41. 

Date

Vol

Lanceur

Satellites

Commentaires

21/01/90

V 35

AR 40
L408

SPOT 2 + 6 Auxiliary Payloads
(MICROSAT A,B,C &D + UOSAT D & E)

 Premier vol d' Ariane 40

22/02/90

V 36*

AR 44 L
L407

SUPERBIRD B & BS-2X

 Echec (1er étage)

24/07/90

V 37

AR 44 L
L409

DFS 2 & TDF 2

 

30/08/90

V 38

AR 44 LP
L410

EUTELSAT 2 F1 & SKYNET 4C

 

12/10/90

V 39

AR 44 L
L411

GALAXY VI & SBS 6

Première mission avec deux satellites construits par la même compagnie (Hughes)

20/11/90

V 40

AR 42 P
L412

SATCOM C1 & GSTAR IV

 Première Ariane 42P