LES ASTRONAUTES EUROPEENS



EUROPEAN ASTRONAUTS

1998 marque un grand changement. Fortement impliquée dans le programme majeur que représente l’ISS, les Etats membres de l’ESA décident de rassembler leurs forces en créant un corps unique, le Corps des astronautes  européens. La France et l’Allemagne, ayant participé à 80 % des missions européennes, sont alors les 2 seuls états membres à disposer d’une direction nationale de spationautes, le CNES et la DLR. Ils encouragent la fusion de leurs ressources et de leurs savoir-faire. Le 25 mars, les Etats membres de l’ESA décident d’unir leurs forces et de créer le Corps des astronautes européens (European Astronaut Corps), afin d’améliorer la gestion des opportunités de vol et de préparer les missions vers l’ISS. Basé à Cologne en Allemagne, au coté de la DLR, l'agence spatiale allemande, le corps comprend en permanence 16 astronautes, au prorata de la participation des Etats membres à l’ESA. La résolution initiale prévoit que la France, l’Allemagne et l’Italie soit chacun représentés par 4 astronautes, les 4 places restantes étant attribuées aux autres pays membres d'ici à juin 2000 parallèlement à la dissolution des corps nationaux. Les pays membres conservent cependant la possibilité d’avoir recours à un ou plusieurs astronautes du corps européen pour leurs missions nationales. La répartition des compétences entre scientifiques, ingénieurs et pilotes est par ailleurs très équitable. De nombreuses disciplines scientifiques sont représentées, notamment la physiologie humaine, la physique, la médecine ou les mathématiques.

Les français Jean-Pierre Haigneré et Léopold Eyharts, astronautes CNES de la sélection 1985-90 rejoignent en juin et août Jean-François Clervoy et les autres astronautes européens (Merbolt, Occkels, Nicolier de la sélection de 1978, Reiter, Duque, Fuglesang au sein du Corps européen des astronautes.
A l'automne, le corps des astronautes européen EAC est formé, il comprend 4 français (Claudie Haigneré CNES 2, Eyharts CNES 3, Tognini CNES 2 et Clervoy CNES 2), 4 allemand (Thiele DLR 2, Ewald DLR 3, Schlegel DLR 2 et Reiter ESA 2), 3 italiens (Nespoli, Vittori et Guidoni ASI 2), un suisse (Nicolier ESA 1), un hollandais (Kuipers), un espagnol (Duque ESA 2),  un suédois (Fuglesang ESA 2) et un belge (De Wine). Ce dernier avait été candidat pour la sélection ESA de 1990 et sélectionné par la Belgique au coté de
Lucien Halleux, Marianne Merchez Vladimir Pletser et Werner Stessens.

Le corps européen des astronautes en 1998. 1er rang, de g. à d. : Pedro Duque, Gerhard Thiele, Jean-Francois Clervoy, Umberto Guidoni, Leopold Eyharts, Reinhold Ewald, Roberto Vittori, Claude Nicollier. 2ème rang, de g. à d. : Paolo Nespoli, Thomas Reiter, Christer Fuglesang, Frank De Winne, Michel Tognini, Hans Schlegel, Philippe Perrin, André Kuipers.

1998 c'est aussi la dernière mission réalisée par le CNES dans un cadre purement national, la mission Pégase vers la station Mir, avec Léopold Eyharts (29 janvier au 19 février 1998). Haigneré est sa doublure.

En octobre, l'espagnol Pedro Duque s'envole sur STS 95 en compagnie du premier astronaute US John Glenn.

 

En 1999, c’est en tant qu’astronaute de l’ESA que Jean-Pierre Haigneré effectue un vol de 6 mois à bord de Mir lors de la mission Perseus du CNES (20 février au 28 août 1999). Il s’agit de la dernière mission longue durée effectuée à bord de Mir avant que celle-ci ne soit détruite. Claudie André-Deshays, devenue Haigneré est sa doublure. JP Haigneré quittera le Corps des astronautes en novembre pour prendre la tête de la Division des astronautes au EAC.

Deux autres astronautes français rejoignent le Corps de l’ESA en novembre 1999 : Claudie Haigneré et Michel Tognini (sélection du CNES de 1985-90). Ce dernier vient tout juste de participer à une mission de la navette américaine Columbia pour lancer l’observatoire Chandra dédié aux rayonnement X (STS 93 du 22 au 27 juillet).

En décembre 1999, Jean-François Clervoy accompagne le suisse Claude Nicollier à bord de la navette Discovery, lors du 3e vol de maintenance du télescope spatial Hubble (STS-103, 19 au 27 décembre 1999). Pour les 3 missions de Clervoy à bord du Shuttle, c’est la NASA qui a choisit l’astronaute français.

En janvier 2000, l'allemand Gerhard Theile s'envole sur Endeavour STS99 pour la mission de cartographie SRTM (Shuttle Radar Topography Mission). Il devient le premier astronaute européen du corps des astronaute ESA a voler dans le Shuttle.

En septembre, les 2 directions nationales françaises et allemandes, dont la Direction des astronautes du CNES, disparaissent. Elle est remplacée dans un premier temps par un Comité de Pilotage des Astronautes (CPA) : il a pour mission au CNES de surveiller les opportunités de vol et de soutenir toutes les actions de l’ESA impliquant les spationautes français. L’intégration des astronautes à l’EAC n’exclue pas toutefois la possibilité pour un état membre de proposer un vol à l’un de ses ressortissants dans le cadre d’une mission nationale. Ce qui sera notamment le cas de Claudie Haigneré en octobre 2001, lors d’un vol taxi à bord de l’ISS organisé entre le CNES et l’Agence spatiale russe Rosaviakosmos.
Jean-François Clervoy, Léopold Eyharts, Michel Tognini et Claudie André-Deshays appartiennent au corps des astronautes européens, dirigé par Jean-Pierre Haigneré.

Le groupe des astronautes européen est composé de : Christer Fuglesang, Umberto Guidoni, Claude Nicollier, Gerhard Thiele, Hans Schlegel, Jean-Francois Clervoy, Claudie et Jean-Pierre Haigneré, Leopold Eyharts, Thomas Reiter, Roberto Vittori, Paolo Nespoli. Ernst Messerchmid en est le chef.

DES EUROPEENS SUR ISS

L'ESA et Rosaviakosmos signe en mai 2001 un accord pour des places dans les Soyouz Taxi pour des durées de 3 semaines à 4 mois.

L'ESA avec les USA, la Russie, Le Japon et le Canada participe à la construction de la station ISS. Elle contribue à hauteur de 8,3% d'utilisation des ressources de bord et 8,3% du temps d'utilisation, soit 13 heures par semaine (la NASA dispose de 76,6% des droits d'utilisation, l'agence japonaise de 12,8% et l'agence canadienne de 2,3%). La participation européenne à ISS est d'un peu moins d'un tiers (La France prend 27%, l'Allemagne 42%, L'Italie 19%), ce qui représente la construction du module laboratoire Columbus et son utilisation à 51% (le reste étant pour les américains et le Canada en échange de la fourniture de ressources électricité, communication, robotique), les cargo ATV (lancé par Ariane 5), le bras robot ERA qui sera installé sur le segment russe, le système de management des données du segment russe DMA, la construction des modules NODE et de la coupole.

Sur STS 100, l'italien Umberto Guidoni vole pour la seconde fois en avril et rejoint l'ISS à bord du Shuttle. C'est le premier européen dans ISS. Ce vol NASA agence spatiale Italienne ASI est l'une des 6 occasions de vol (3 vols courts et 3 vols long séjours) obtenues par l'Agence spatiale en contrepartie de la fourniture à la NASA, en vertu d'un accord bilatéral, des trois conteneurs de fret pressurisés, les MPLM (modules logistiques polyvalents), un vol tous les deux ans. Guidoni accompagne le module Rafaello.

Claudie Haigneré devient la première Européenne à pénétrer à bord de la Station spatiale internationale (ISS), lors de la mission Soyouz TMA 33 Andromède du 21 au 31 octobre. Elle quitte l’EAC en juin 2002, après avoir été nommée Ministre délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies au sein du gouvernement français.

 

2002

En avril Roberto Vitori effectue un vol de 10  jours dans ISS dans le cadre d'un accord entre les russes, l'ESA et ASI  (Soyouz TM 34 mission Marco Polo).

Claudie Haigneré quitte l’EAC en juin après avoir été nommée Ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies au sein du gouvernement français. Le même mois, Philippe Perrin (le dernier astronaute du CNES, dont la Direction des Astronautes a été dissoute en septembre 2000) rejoint l’ISS à bord de la navette Endeavour et effectue rien moins que trois sorties dans l’espace lors de la mission STS-111 (5 au 16 juin 2002). Il rejoint l’EAC en décembre suivant.

Les astronautes français (excepté Philippe Perrin, toujours sur les effectifs du CNES) ont rejoint le corps des astronautes européens à Cologne, en Allemagne, afin de préparer les futures missions européennes à bord de la Station Spatiale Internationale.

En octobre, le belge Frank Dewine vole vers ISS à bord du premier Soyouz TMA pour la mission Odissea (10 jours).

 

2003

En mai 2003, Michel Tognini quitte à son tour le Corps européen des astronautes pour prendre la tête de la Division des astronautes où il remplace Jean-Pierre Haigneré qui a quitté cette fonction pour prendre la responsabilité du projet ESA «Soyouz à Kourou».

Le comité s’élargit pour devenir un Comité de Coordination des Vols Habités. A ce titre, le CCVH coordonne et assure le suivi de l’ensemble des activités du CNES liées aux vols habités, notamment la contribution française au développement et à l’utilisation de la station spatiale internationale. Cette participation française se fera notamment par le biais du CADMOS et du centre de contrôle de l’ATV implanté au CNES de Toulouse.

Suite à l'accident de Columbia et à l'arrêt des vols Shuttle, les européens restent au sol. Seul l'espagnol Pedro Duque rejoint ISS en octobre 2003 pour un vol de 10 jours sur Soyouz TMA3 (mission ESA Cervantes). Kuipers est sa doublure.

 

2004

En 2004 Philippe Perin quitte le corps des astronautes pour devenir pilote chez Airbus à Toulouse. Guidoni suit en juin. Avril, l'hollandais Andre Kuipers vole 10 jours sur Soyouz TMA 4 vers ISS dans le cadre de la mission Delta. Thiele est sa doublure.

 

2005

Le français Michel Tognini devient chef des astronautes à l'EAC.

L'italien Roberto Vittori revole sur Soyouz TMA 6 en avril vers ISS dans le cadre du vol ESA-ASI Eneide (10 jours).

 

VOLS DE LONGUE DUREE SUR ISS

A partir de 2006, l'ESA réalise ses premières missions de longue durée à bord d'ISS. En juillet, Thomas Reiter devient le premier allemand à voler sur ISS et le premier à intégrer un équipage d'occupation, ISS 12. Il s'envole sur STS 121 (mission Astrolab) et reste 6 mois dans la station. Il prépare l'arrivée du module européen Columbus d'ici 2 ans. L'astronaute français Eyharts est sa doublure.

Le suédois Christer Fuglesang vole sur STS 116 (mission Celsius de 12 jours) en octobre et livre la poutre S5 à ISS.

 

En octobre 2007, l'italien Paolo Nespoli vole sur STS 120 vers ISS pour mettre en service le module Node 2 construit par l'Italie pour la NASA (mission de 15 jours).

La mission Columbus voit le laboratoire spatial européen transporté et amarré à ISS à l’aide de la navette Atlantis STS122 en février 2008, après un report de trois mois. À son bord se trouvent deux astronautes de l’ESA : le français Léopold Eyharts et l’allemand Hans Schlegel. Léopold Eyharts effectue une mission longue durée (48 jours au lieu de 180) de février à fin mars afin d’assurer la mise en service du laboratoire européen Columbus. C'est le premier vol de longue durée de l'ESA sur ISS. Schlegel vole dans le cadre des accords de compréhension à bord d'ISS signés en 1998 entre la NASA et l'ESA . Eyharts vole lui sous un autre article de cet accord spécifiant l'utilisation du temps d'utilisation d'ISS par l'ESA à 8,3%, soit un vol de 6 mois tous les deux ans. C'est aussi la 50eme mission faite par les états européens en comptant le vol de l'Autrichien Franz Viehböck en 1991 (Soyouz TM13 Euromir 91).

Entre temps, Duque, Ewald, Guidoni sont parties de l'EAC suivit de Thiele, Perrin, Reiter et Nicolier.

Fin 2008, le Corps des astronautes européens comprend huit membres provenant de six pays différents : Frank De Winne (Belgique), Léopold Eyharts (France), Christer Fuglesang (Suède), André Kuipers (Pays Bas), Paolo Nespoli (Italie) et Hans Schlegel (Allemagne). Jean-François Clervoy (basé à Paris et s'occupant de Novespace) et Roberto Vittori (retourné dans l'Armée de l'Air italienne puis au JSC) restent en "réserve".

Les astronaute ESA en 2008, Nespoli, Vittori, De wine, Schegel, Clervoy, Fuglesang, Eyharts et Kuipers,

Conduite par Gerhard Thiele, la Division des astronautes du Centre européen des astronautes (ESA/EAC), à Cologne, en Allemagne, est responsable de l’entraînement et du maintien des compétences de chacun des astronautes. Un des objectifs du Corps est de permettre aux astronautes de s’entraîner dans les meilleurs conditions possibles, afin, lors des missions spatiales, d’acquérir un maximum d’expérience. Ceci permet d’accroître l’expertise de l’ESA en matière de vols habités, mais également d’augmenter les chances des astronautes de l’ESA de se voir confier des missions. Lorsqu’ils ne participent pas à un entraînement ou n’apportent pas leur soutien à une mission, ils sont tenus par leurs « devoirs collatéraux » qui les amènent à participer à l’élaboration des programmes de l’ESA. C’est le cas, par exemple, de Jean-François Clervoy pour le programme ATV (Automated Transfer Vehicle).
Par ailleurs, les membres du Corps européen des astronautes sont les ambassadeurs de l’espace et des vols habités. Les astronautes participent à de nombreuses activités de relations publiques, tels des colloques et conférences scientifiques, partagent leur expérience unique avec le public, et, par conséquent, influencent de manière positive la perception que le public a de la science en général et des vols habités en particulier.

 

DU SANG NEUF POUR L'AVENIR

En mai 2009, l'ESA présente son 3eme groupe d'astronaute composé de 6 personnes, l'anglais Timothy N. Peake, pilote Armée, 37 ans, le néerlandais Andreas E. Mogensen, ingénieur, 33 ans, l'allemand Alexander Gerst, physicien, 32 an, l'italienne Samantha Cristoforetti, pilote Air Force, 32 ans, l'Italien Lucas Parmitto, pilote Air Force et le français Thomas Pesquet, ingénieur, 31 ans, le benjamin. L'appel a été lancé en avril 2008 en incluant pour la première fois Internet pour les candidatures. Les inscriptions se font du 19 mai au 19 juin (8413 candidatures recevables sur 10000 envoies). Les premiers tests psychologique suivent en juillet et en septembre. Les tests médicaux servant pour la qualifications ont lieu en janvier février 2009 pour les 45 candidats restant. Parmi eux, 5 femmes, 11 français, 10 allemands, 9 anglais, 4 italiens, 3 suisses, 2 autrichiens, un danois, 1 finlandais, un irlando allemand, un grec, un suédo-suisse et un belge. Ce sont des ingénieurs ou des pilotes, médecins, scientifiques. Les examens médicaux sortent 22 candidats. La sélection finale permet de présenter 6 astronautes au lieu des 4 prévus le 20 mai. Il y aura 7 vols assurés entre 2012 et 2020 et quasiment 2 autres sûr pour une durée de 6 mois. L'entraînement commence en Cologne en septembre et durera 18 mois.

Les astronautes ESA 3 avec en haut Peake, Mogensen, Gerst et Parmitano. Devant Cristoforetti et Pesquet.

Samantha Cristoforetti, Alexander Gerst et Andreas Mogensen

Luca Parmitano, Timothy N. Peake et Thomas Pesquet

En mai, le Belge Frank Dewine vole pour la seconde fois à bord d'un Soyouz, le TMA 15 (mission Oasis) vers ISS et reste 187 jours 20 heures et 42 mn dans l'espace jusqu'en décembre. C'est le second vol longue durée sur ISS de l'ESA dans le cadre de l'accord de 1998 prévoyant une utilisation de 8,3% du temps à bord de la station. De Wine, membre d'ISS 20 devient le premier commandant européen d'ISS en octobre avec la venue de l'équipage ISS 21. L'hollandais Kuipers est en doublure. Après le décollage de De Wine, il est assigné au vol de Soyouz TM 03M prévu en 2011.

Août, le suédois Fuglesang revole sur STS 128 et passe 28 jours sur ISS.

En décembre 2010, Paolo Nepoli vole sur le Soyouz TMA 20 et passe près de 6 mois dans la station (159 jours, 7 heures et 17 mn) en compagnie de Dmitri Kondratyev, Catherine Coleman et les membres de l'expédition 26-27 jusqu'en mai 2011. Cette 3eme mission longue durée pour l'ESA 'E3' a été baptisée "MagISStra", combinant le mot latin "magistra" (femme institutrice) et ISS.

Depuis 1978 jusqu'au 1er décembre 2010, les astronautes de l’ESA ou des Etats européens ont participé à 46 missions habités, en comptant les vols de Remek et Jahn en 1978 (InterKosmos) et Viehböck en 1991. Ces missions se sont déroulées dans des contextes très différents permettant aux astronautes d’acquérir des compétences diversifiées tant à bord du vaisseau Soyouz que de la Navette spatiale, de Mir et de l’ISS. Le total cumulé dans l'espace s'élève 3 ans 253 jours 22 heures et 19 minutes avec 12 EVA totalisant 3 jours 7h 12 mn.

L'ESA proprement dite a réalisé 13 vols depuis 1983 (STS 9, STS 42, STS 61, TM20 Euromir 94, STS 66, TM22, STS 95, STS 84, STS 103, STS 100, TMA 1 Odyssea, TMA3 Cervantes et Delta) et 14 vols avec comme partenaires le CNES (2 vols, Perseus et Andromède), la DARA-DLR ( vols 61A et STS 99), l'ASI (STS 46 et 75, TM34 Marco Polo, Eneide), la Russie (STS 121) et la NASA (STS 116, 120, 122, TMA15 Oasis et STS128). Le reste étant réalisé par les agences nationale, le CNES (10 missions), des fonds privés britanniques (Juno), l'agence spatiale Autrichienne (TM13), la Belgique (STS 45), l'agence spatiale allemande DLR (3 missions) l'ex IKF (Soyouz 31) et la coopération NASA-CNES (STS 111).

13 spationautes français ont été sélectionnés par le CNES entre 1980 et 1990. Neuf d’entre eux ont effectué au moins un vol ; 17 missions de spationautes français sont ainsi réalisées de 1982 à 2008, dont 13 directement organisées par le CNES (PVH, 51-G, Aragatz, Antarès, Altair, LMS-STS-78, Cassiopée, STS-86, Pegase, Perseus, STS-93, Andromède et STS-111). Les 9  astronautes français qui ont volé dans l’espace totalisent 432 jours 4 heures et 29 minutes (un an et 2 mois) dans l'espace, Jean Pierre Haigneré totalisant à lui seul plus de 209 jours à bord de MIR avec derrière Eyarts (68 j), Chrétien (43 j), Clervoy, Claudie Haigneré, Tognini, Favier, Perrin et Baudry (7 jours). L'ensemble de ces missions a permit aux spationautes de voler dans les vaisseaux russes Soyouz (8 vols) et américains avec le Shuttle (9 vols). Seuls Jean Loup Chrétien, Jean Pierre Haigneré et Philippe Perrin ont réalisé des EVA lors de leur mission. Chrétien est ainsi resté 5h 57 dans l'espace au hors de la station MIR pour installer l'expérience ECHANTILLONS et déployer la structure ERA. Haigneré est sortie 6h 19 de la station MIR pour installer l'expérience COMET et lancer une maquette de Spoutnik pour ses 40 ans. Enfin Perrin a réalisé 3 EVA depuis le Shuttle amarré à ISS pour installer le bras robot Canadien SSRMS, totalisant 19h 21mn dans le vide.

L'Allemagne a sélectionné 9 astronautes dans la même période. Tous ont volé totalisant 485 jours 8 heures et 31 minutes en 6 missions, 2 à bord de Soyouz, 4 en Shuttle. L'Allemagne est le seul pays européen à avoir vu voler deux des ces ressortissants sur une même mission (STS 61A et 55). L'astronaute Reiter totalise 350 jours en une mission, Merbolt 49 en 2 vols, Schlegel 22 jours en 2 vols, suivie de Ewald (19 jours), Walter (9 jours), Thiele, Furrer et Messerchmid (7 jours). 

L'Italie a sélectionné 6 astronautes pour ses vols nationaux. Seul Guidoni et Merbella voleront dans l'espace, le premier sur le Shuttle (27 jours en deux vols), le second sur le Shuttle pour la mission STS 46 (TSS 1). Avec la création de l'EAC, d'autres astronautes italien seront sélectionné et voleront dans l'espace. Au total, sans compter la mission Magistra de Nespoli, 5 astronautes Italien ont passé 86 jours, 5 heures et 18 minutes dans l'espace en 7 vols. Seul Vittori a volé deux fois sur le Soyouz.

Concernant les activités extravéhiculaires EVA, l’Europe est loin derrière les USA et la Russie avec seulement 12 EVA totalisant 3 jours 7h 12 mn. Le Suédois Christer Fluglesand totalise 31 heures 54 minutes en 5 EVA, le plaçant 35eme dans le classement des astronautes EVA, Les deux premiers sont le russe Anatoli Soloviyov et l’Américain Michael lopez Allegria avec 14 et 10 EVA et près de 69 heures dans le vide chacun. Le suisse Claude Nicolier est classé 151 eme avec une EVA (8 heures et 10 minutes). Pour les astronautes Français, seuls Jean Loup Chrétien, Jean Pierre Haigneré et Philippe Perrin ont réalisé des EVA lors de leur mission. Chrétien est ainsi resté 5h 57 dans l'espace au hors de la station MIR pour installer l'expérience ECHANTILLONS et déployer la structure ERA. Haigneré est sortie 6h 19 de la station MIR pour installer l'expérience COMET et lancer une maquette de Spoutnik pour ses 40 ans. Enfin Perrin a réalisé 3 EVA depuis le Shuttle amarré à ISS pour installer le bras robot Canadien SSRMS, totalisant 19h 21mn dans le vide. Ils se classent ainsi en 165 eme, 163 me et en 80eme position des astronautes EVA sur 204 membres au 16 novembre 2010.

 

En mai 2011, Roberto Vittori part sur la dernière mission Shuttle STS 134 à destination d'ISS. L'astronaute vole pour l'agence spatiale Italienne ASI. Sa mission a été baptisé DAMA. Le nom a été trouvé parmi les propositions de 2000 élèves de 200 lycées. Le vol STS 134 transporte le spectromètre AMS destiné à trouver  la matière noire de l'univers, dark matter, sa contraction a donné DAMA. Le logo a été dessiné par une fillette de 11 ans de Modena, avec en fond le drapeau Italien, une particules cosmique émergeant du Shuttle.

Fin 2011, André Kuipers vole sur Soyouz TMA 03M et passer 6 mois sur ISS (192 jours, 18 heures et 58 mn). C'est le 4eme vol de longue durée pour l'ESA. La mission PromISSe est la première mission de longue durée depuis l'arrêt des vols Shuttle. Avec la poursuite de l'exploitation de la station jusqu'en 2020, c'est une nouvelle décade d'utilisation qui s'ouvre aux européens. Kuipers a déjà volé sur ISS 11 jours en 2004 (mission Delta).
Le nom PromISSe reflète les grandes expéditions des vols habités dans l'espace. Suivant les 4 précédentes missions sur ISS, l'acronyme ISS y est bein présent. L'ESA a demandé aux habitants des états membres de l'agence de trouver un nom pour ce vol. 200 propositions sont ainsi reçues en à peine un mois. Le vainqueur fut un hollandais, la patrie de Kuipers. PromISSe est la contraction de Programme for Research in Orbit Maximising the Inspiration from the Space Station for Europe' dixit le vainqueur Wim Holwerda, un allemand de 61 ans.

En 2012, l'italien Luca Parmitano, du nouveau groupe d'astronaute est doublure sur Soyouz TMA 07M. Il doit partir en mai 2013 sur Soyouz TMA 09 pour un vol de 6 mois. Il réalisera également une EVA. Sa mission baptisée "Volare" est une mission ASI, acheté par l'agence spatiale à la NASA. Le nom Volare a été soumis par Norberto Cioffi à l'issue d'une compétition en Italie. Le logo symbolise plusieurs éléments de la mission de Lucas, le vaisseau et la station qui tourne autour de la terre et les couleurs du drapeau italien. Lucas Parmitano vole sur le Soyouz TMA 09M en mai 2013 comme membres de l'expédition 36. Il redescend sur terre en novembre. Parmitano réalise une EVA mais qui doit être écourté suite à une fuite d'eau dans le scaphandre EMU après avoir séjourné 166 jours, 6 heures et 19 mn.

En 2014, l'italienne Samantha Cristoforetti s'envole sur le Soyouz TAM 15M en novembre pour une mission de 6 mois, 199 jours, 16 heures et 42 mn (expédition 42). Le vol est baptisé "Futura".

Total des sorties dans l'espace depuis ISS par les astronautes Européens fin 2014

 

En juillet 2015, l'ESA assigne Paolo Nespoli sur un vol ISS de 6 mois, membre de l'expédition 53-53 à bord d'un Soyouz en mai 2017. C'est une contre partie d'un échange avec la NASA et l'agence spatiale Italienne ASI pour un astronaute ESA. Ce sera son 3e vol et le 3e de longue durée pour l'ASI, faisant suite aux vols Volare et Futura.
En septembre 2015, l'astronaute du Danemark Andreas Mogensen s'envole sur le Soyouz TMA 18M pour une mission de 9 jours "IRISS".

L'anglais Thimothy Peake est l'avant dernier des astronautes 2009 ESA a voler en décembre 2015 pour 6 mois sur ISS.

Le français Thomas Pesquet est le dernier de la sélection ESA 2009 à voler en novembre 2016 mais aussi le 10e français depuis Jean Loup Chrétien en 1982. Il réalise le premier vol long durée sur ISS.

15 ans de vol sur ISS pour l'ESA

Janvier 2017, l'ESA va sélectionner un nouvel astronaute pour ses futurs vols dans ISS. Depuis la dernière sélection de 2009, ils sont 13 a avoir quitté le corps ESA: Les Italiens Cheli (retiré en 1996) et Guidoni (retiré en 2004), les Allemands Ewald (retiré en 2012), Merbold (retiré en 1998), Retter (retiré en 2007) et Thiele (retiré en 2005), le suisse Nicolier (retiré en 2007), les français Haigneré (retiré en 2003), Perrin (retiré en 2004) et Tognini (retiré en 2003) et l'Hollandaise Merchez (retiré en 1995) qui n'a jamais volé. Il reste en activité  15 astronautes, Jean François Clervoy, 59 ans (sélection de 1992), l'Espagnol Pedro Duque, 54 ans (sélection de 1992), Frank De Wine, 56 ans (sélection de 2000), Leopold Eyharts, 60 ans (sélection de 1998), Christer Fuglesang, 60 ans (sélection de 1992), André Huipers, 59 ans (sélection de 1999), Paolo Nespoli, 60 ans (sélection de 1998), Hans Schlegel, 66 ans (sélection de 1998), Roberto Vittorri, 53 ans (sélection de 1998) et les 6 de la sélection de 2009. Duque (2 vols), Nespoli (2 vols) et Vittori (3 vols) sont actuellement assignable à un vol.
11 astronautes avaient volé avant la création du corps des astronautes ESA en 1998. Parmi eux des français, des Allemand, un Italien (Malerba), un Belge (Frimout) un Autrichien (Viehbock) et une Anglaise (Sherman).
Les 6 de la sélection de 2009 ont maintenant tous volé dans l'espace, tous sont prévus pour un prochain vol. L'ESA a actuellement 3 astronautes ESA assignés à un vol, Paolo Nespoli (sélection de 1998, 2 vols dans l'espace) en avril, l'Allemand Gerst (en mai sur Soyouz MS 09, exp 57) et Parmitano en 2019.

2 février, l'ESA présente son nouvel astronaute Matthias Maurer. En 2009, il faisait partie des 10 finalistes de la sélection. Il vient de commencer son entraînement à l'EAC à Cologne. Doctorat en sciences des matériaux, Matthias a travaillé pendant près de 10 ans dans la recherche. Depuis 2010, il est Eurocom à l'EAC de Cologne.

29 mai la prochaine mission de l'astronaute Allemand Alexander Gerst, en mai 2018 portera le nom de Horizonil Il partira avec Jeannette Epps (USA) et Serguei Prokopyev (Russie). L'Italien Lucas Parmitano est désigné comme doublure du Canadien David St Jacques pour l'Expédition 58/59 en 2019.

 

LE CENTRE EUROPEEN DES ASTRONAUTES, EAC

LES VOLS HABITES FRANCAIS
VOLS HABITES CANADIEN

Mai 2013. Patch et photos d'équipages NASA et Spacefacts