RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

L'ESPACE SOVIETIQUE

LES COMPLEXE DE LANCEMENT 250 ET 110

 

1

2 sites de lancement Energia-Buran

2

zone Energia-Buran pas de tir universel

3

piste d'atterrissage de Buran

4 zone d'avitaillement en ergols d'Energia-Buran 5 Banc d'essai vibrations d'Energia-Buran 6 Bâtiment d'assemblage, de contrôle et d'essais d'Energia
7 Bâtiment d'assemblage, de contrôle et d'essais de Buran 8  Bâtiment de préparation du lanceur  Soyouz et des vaisseaux spatiaux 9 Bâtiment d'assemblage et de contrôle de Sémiorka, des vaisseaux Soyouz et Progress
10 Pas de tir de Sémiorka 11 zone de télémesures 12 unité de communication
13 Pas de tir des lanceurs Sémiorka/Soyouz et Vostok 14 Zone technique des lanceurs Sémiorka et de leurs satellites 15 Zone de télémesures
16 Zone technique du lanceur Zénith 17 2 pas de tir du Zénith 18 usine de production de l'oxygène liquide et de l'azote
19 station de poursuite Saturne 20 Calibration des moyens radio de la base 21 aérodrome de Diirmentobe
22 zone du lanceur Proton 23 2 pas de tir du Proton 24 2 pas de tir du Proton

La zone Energia-Buran est située au centre de Baikonour. C'est aussi la plus vaste. Sa construction démarre en 1976 sous la direction des NPO Energia et NPO Molnya. Pas moins de 28 ministères et 200 usines et bureaux d'études participent à sa réalisation. Sa mise en opération a lieu le 13 mai 1987, quelques jours avant le premier lancement d'Energia. La zone reprend une partie des installations réalisé dans les années 1960 pour le N1. Contrairement aux pads de tir Soyouz et protons, la zone permet aussi de tester les moteurs, le lanceur et la navette Buran. 

La zone comprend le MIK OK des navettes Buran et les plateformes pour les tests de mise à feu du système de propulsion auxiliaire sur le site 254, le MIK RN pour l'assemblage du lanceur Energia en zone 112, le bâtiment de remplissage en ergol MZK et le banc d'essai dynamique DTS en zone 112A, les pads de tir 37 et 38 du site 110, le pad de tir universel servant aussi de banc d'essai sur le site 250 et la piste d'atterrissage pour la navette sur le site 251.

MIK OK, SITE 254

Construit pour le programme Energia-Buran, le MIK est un bâtiment fabriqué en matériaux léger au dimension conséquente 120 m de large, 230 m de long pour 35 m de hauteur. Sur 3 cotés du bâtiment se trouvent accolés d'autre structures en béton abritant d'autres salles, bureaux et laboratoire. Contrairement au OPF américains, le MIK regroupe toutes les baies d'intégration et de préparation. A l'entrée, on trouve la baie de transfert avec ses larges portes. Suivent ensuite la baie 102 pour la mise en place des tuiles thermiques des navettes arrivant de l'usine, la baie 103 utilisée pour l'assemblage de la navette qui arrive en plusieurs morceau par avion de l'usine, la baie 104 pour les contrôles et les tests et la baie 105 pour les tests radio fréquence.   

Le banc de mise à feu des moteurs de la navette est à coté du MIK. Il est utilisé pour les mise à feu du système de manoeuvre orbitale ODU et les APU. Contrairement à la NASA, ses tests sont réalisés le système accroché à la navette.

MIK RN, SITE 112

MIK 112 2006.jpg (419700 octets)

Construit pour le programme N1 dans les années 1960, le MIK 112 est modernisé et modifié pour Energia. Cet immense bâtiment de 190 m sur 240 abrite 5 baie parallèle, 3 grandes (55 m de haut) et 2 petites (30 m de hauteur). La baie 1 permet d'assembler les boosters en straps, les baie 2 et 3, l'étage central et les deux dernières pour l'assemblage final d'Energia avec Buran.

MIK moteur.jpg (140813 octets)    MIK booster 03.jpg (121711 octets)    MIK booster 04.jpg (119062 octets)

Les boosters arrivent à Baikonour en morceau (corps, jupe avant, arrière, parachute) par train de l'usine NPO Youjnoye en Ukraine. Les moteurs du corps central RD 0120 arrivent aussi par train de l'usine de Voronej, tandis que l'étage central arrive par avion pour les réservoirs et la structure de liaison. Son assemblage demande le plus de travail car il faut tout assembler avec les 4 moteurs RD 0120.

MIK 03.jpg (263615 octets)

MIK 02.JPG (65536 octets)    MIK energia mars 1995.jpg (194514 octets)

MIK maquette.jpg (156069 octets)    MIK 112 assemblage buran 01.jpg (343180 octets)

L'assemblage final commence avec la mise en place dans un stand spécial des boosters gauche et droit, de l'étage central et des deux derniers boosters par dessus. Buran est monté au dessus à l'aide de pont roulant. Le lanceur est ensuite attaché à une structure spéciale, appelée Block Ya, qui fait office d'interface entre le lanceur et le pad de tir pour les connections pneumatiques, électriques et hydraulique.

block ya 01.jpg (103481 octets) block ya 03.jpg (151228 octets)
block ya 02.jpg (55553 octets)
Le Block Ya mesure 20 m sur 11 pour une masse de 150 tonnes. Il abrite 1123 canalisations totalisant 12 km.

Le transport du lanceur se fait grâce à un "Crawler transporter tracté par des locomotives qui vient se glisser en dessous.     

TE energia 01.jpg (87438 octets)    TE energia 02.jpg (71494 octets)

Les deux transporteurs érecteurs sont hérités du programme N1. Pesant 2758 tonnes, Il supporte les 571 tonnes du lanceur vide et de la navette Buran sur le dessus. Chacun mesure 56,3 m de long (90 avec le lanceur), 25,9 m de large et 21,2 m de hauteur. Les deux T-E sont tirés par 4 locomotives diesel (deux devant et deux derrière) circulant sur deux voies ferrés écarté de 20 m à la vitesse de 5 km-h le long de 1524 m séparant le MIK du pad.

MRZ

Ce bâtiment a été spécialement construit pour Energia. haut de 75 m, long de 125 pour 75 m de large, il sert lors des opérations de remplissage en ergols du lanceur et de la navette et à l'installation des systèmes pyrotechniques. Le MRZ accueille la navette après son retour de mission pour la vidange des ergols, l'enlèvement des batteries, le déchargement des charges utiles dans la soute. 

SDI

Le bâtiment dynamique est comparable à celui construit par la NASA au centre Marshall pour les Saturn 5 et modifié pour le STS. Il permet de tester le lanceur en entier ou élément par élément dans les phases de propulsion en appliquant à des endroits précis des contraintes de charges simulant un véritable vol dans l'espace. 

Du retard dans la construction du banc ont obligé les techniciens à tester leur lanceur sur le pad de tir universel en 1983 et 1986. Le SDI n'est pas terminer avant 1989, après les vols d'Energia et de Buran. Le second modèle de vol OK 2K est testé dans le bâtiment en juin 1991 attaché à une maquette d'energia. ll mesure 134 m sur 74 pour 58 m de hauteur.

SDI.jpg (36658 octets)    SDI 02.jpg (67242 octets)

LE COMPLEXE 250

Une des grandes leçon du programme lunaire N1 fut de reconsidérer les essais statiques au sol des étages du lanceur ou du lanceur au complet. Pour le programme Energia, les soviétiques construisent un immense complexe d'essai au nord de la zone technique. Le site est prévu pour des mises à feu de l'étage central d'Energia et des boosters. Le banc a été conçu pour tenir les 3600 tonnes de poussée du lanceur pendant 12 secondes. Dans la logique soviétique, il pourra servir de pad de tir proprement dit, d'où son nom pad universel.

pad 250 01.jpg (168722 octets)

Il est composé d'une tour ombilicale fixe (60 m) presque identique à celle du pad 110 et chargé du remplissage en propergol des étages. Une tour mobile permet d'avoir accès aux différentes parties du lanceur. Un immense carneau de 40 m de fond creusé dans le sol permet l'évacuation des flammes des moteurs. Un système de déluge par eau permet de refroidir les installations (180 000 m 3 d'eau dans 3 réservoirs dispersé à raison de 18 m3 par seconde).

pad 250 tour ombilicale.jpg (62307 octets)    pad 250 tour service.jpg (100852 octets)    pad 250 mat light.jpg (37053 octets)

Deux mats anti-foudre (225 m) et des pylônes d'éclairage entourent les installations. Le centre de contrôle est à 3 km de là. La construction commence le 20 août 1978. Selon le planning, les installations devaient être opérationnel en 1982, mais des retards ont décalé sa mise en service à 1983. Le pad est utilisé pour les tests statiques du lanceur 4M en 1985 et 5S et 6S en 1986. Le pad est convertit pour les lancements plus tôt que prévu avec le lancement du lanceur 6SL le 15 mai 1987.

Energia repose sur 8 supports. L'eau nécessaire aux refroidissement est puisé à proximité dans 16 capacités de 5 m de diamètre et 40 m de hauteur. 

 

LE COMPLEXE 110

pad 110 04.jpg (78004 octets)

Le complexe 110 a longtemps été hors de visite des journalistes et corresponds TV lors des nombreuses retransmissions de lancements de Soyouz sur le complexe 1 Gagarine. Certains avaient noté de grandes structures au Nord du pad Soyouz mais il leur été interdit de filmer dans cette direction. Heureusement des satellites espions américains avaient repéré le site et en avaient conclu qu'elles correspondaient aux installations de lancement de la fusée lunaire N1. Après l'abandon du programme en 1974, le complexe est restauré pour lancer la super fusée G Energia et la navette spatiale Buran.

La remise en état des deux pads de tir 37L et 38R partiellement reconstruit après deux explosions de lanceur N1 ne fut pas une mince affaire. La poussé dissymétrique du lanceur G par rapport à la poussé du N1 rendait les déflecteurs de gaz peut efficace.

Les pads sont à 5 km de la zone technique. Du temps des N1, ils consistaient en 3 grandes tranchés déflecteurs de gaz de 23 m de profondeur, 5 étages de servitudes techniques en sous sol et une tour de servie rotative haute de 145 m. Pour Energia, les tranchés sont restées telle quelle, seul le déflecteur sous la table a été changé pour diriger les flammes du lanceur dans les tranchés. Une nouvelle table de lancement de 1200 tonnes a été posé par dessus compatible avec le Block Ya. Le lanceur arrive par le Sud passe au dessus d'un des trois déflecteurs et est redressé et positionné au centre des trois déflecteurs en étoiles.

pad 110 table.JPG (114688 octets)    pad 110 deflecteur.jpg (57347 octets)    pad 110 deflecteur table.jpg (52114 octets)

La tour de service est restée en place, de nouveaux bras et plateformes ont été installé pour entourer la navette dans sa préparation finale. Un bras inférieur au niveau du fuselage de Buran et deux autres au niveau supérieur pour les interfaces électriques du corps central. La particularité de cette tour est qu'elle pivote sur 180° grâce à un axe situé à 60 m de la table de lancement. Au moment du décollage, elle pivote pour s'éloigne du pad afin d'être à l'abri des flammes des moteurs. Sa hauteur a été ramené à 60 m afin de laisser de l'espace au dessus en cas d'éjection des astronautes de la navette, Buran lui faisant face sur le pad. Lors du lancement de la navette en 1988, la tour de service du pad 37 n'avait pas été raccourcis, celle du pad 38 (jamais utilisé) oui.

pad 110 energia buran front.jpg (81704 octets)    pad 110 energia buran back.jpg (260898 octets)

pad 110 tour service 01.jpg (54202 octets) pad 110 tour service 02.jpg (55387 octets)

De chaque coté du lanceur, deux tour fixe haute de 64 m. Celle de gauche possède un bras de service pour permettre l'alignement des gyroscopes au niveau de l'inter-étage du corps centra et un autre pour l'accès dans le cockpit de la navette. De ce bras partent deux toboggans assurant l'évacuation des astronautes et personnels en cas d'incendie.  

pad 110 energia buran 01.jpg (381938 octets)    pad 110 energia buran 02.jpg (248395 octets)

pad 110 energia buran 03.jpg (216505 octets)    pad 110 energia buran 04.jpg (346596 octets)

La tour de droite assure avec trois bras le remplissage du lanceur en propergol et la ventilation des réservoirs.

L'eau servant au système de déluge sur le pad est stocké dans 16 réservoirs cylindrique de chaque coté des tours.

pad 110 reservoirs eau.jpg (61320 octets)

Quatre tours assurent l'éclairage du pad et deux autres mats de 225 m la protection anti foudre. 

Les installations de stockage des propergols (hydrogène, oxygène liquide, hélium azote) est située à 800 m au nord des pads dans 10 ortonsphères.

Le pad 37 a été utilisé pour lancer Energia et Buran le 15 novembre 1988. Le pad 38, apparemment terminé n'a jamais été utilisé.

pad 110 38 01.jpg (161932 octets)    pad 110 38 02.jpg (160955 octets)

 

PK OK, SITE 251

Pour le retour de Buran et l'arrivée des éléments par avion, une piste d'atterrissage a été construite en 1982 sur le site 252 au Nord du complexe de tir 250 à 6 km. La piste est longue de 4500 m pour 84 de large. Elle fut poli en surface afin de la rendre la plus lisse possible. Juste à coté a été construit le Mate & Demate destiné à positionner Buran sur son avion porteur AN 225 ou son transporteur.

site 251 demate.jpg (107202 octets)

Les Soviétiques avaient rêvé d'une grande astronautique et leurs projets avec le couple Energia - Borane furent grandioses, avec notamment une conception de station orbitale conçu autour de Mir et Buran. Hélas, la course effrénée vers les armements a entraîné la récession totale dans l'industrie russe, ce qui a eu un effet défavorable sur le projet Energia-Buran. En 1992, l'Agence Spatiale Russe décidait de tout arrêter. A ce moment-là, la deuxième navette spatiale était assemblée et des modifications avaient été apportées à l'ensemble de la troisième navette spatiale. Les pads du complexe Energia ont au total servit 6 fois depuis les années 1960 avec une seule satellisation, la navette Buran.

En 1995, la navette Buran (OK 1.01) qui n'a volé qu'une seule fois en 1988 est transféré dans le MIK 112 et assemblé à la maquette du lanceur Energia pour la plus grande joies des touristes et journalistes occidentaux qui peuvent ainsi voir une vrai navette prête à être amené sur son pad ainsi que les éléments de 4 autres lanceurs stockés dans les différentes baie. La seconde navette Pitcka serait elle aussi monté sur un lanceur Energia dans le MIK.

Mais les visites n'empêchent pas la dégradation des bâtiments dont le toit, criblé de petit trou laisse passer l'eau de pluie. Ce qui devait arrivé arriva, le 12 mai 2002, le toit du MIK 112 s'effondre sur le stack Energia Buran alors que des ouvriers tentaient de le réparer.

Le site 254 d'intégration des navettes est maintenant utilisé pour les Soyouz et les étages Block D des lanceurs Protons.

Une maquette de la navette utilisée pour les tests thermiques et mécaniques, OK M reste dehors près des installations de mise à feu devant le bâtiment du site. En 2006, elle est déplacée et exposé près du musée de Baikonour au sud du cosmodrome.