RETOUR A LA PAGE D'ACUEIL

CHRONOLOGIE
SPACE SHUTTLE

LES MOBIL LAUNCHER PLATEFORM

 

Les trois tours ombilicales de lancement Launch Umbilical Tower utilisées pour le programme Apollo ont été affectés pour les opérations avec le Shuttle. Les plateformes avec les grues, les tours ombilicales et les bras d' alimentation enlevés, sont devenus les Mobile Launch Plateform MLP.

La plateforme MLP qui servait pour Apollo est une structure presque carré cloisonnées de métal mesurant de 7,6 m de haut, pour  48,8 m de long et 41,7 m de large. Les deux niveaux intérieurs abritent des salles pour le matériel électrique et les systèmes de remplissage en carburant et les interfaces avec le LPS (launch Processing System).
A la place de l' unique fosse destinée à évacuer les gaz d' échappement des moteurs du lanceur Saturn 5, trois ont été aménagées, celle pour les SSME (10,3 x 9,4 m) et deux pour les SRB (12,7 x 6,1 m). 
Les tours ombilicales des LUT Apollo ont été démontées de la plateforme et remontées en partie mais en fixe sur le pad. La troisième tour du LUT 1 Milkstoll, démontée pour le MLP 3 a été coupée en morceau de 6 m et placée dans un terrain de la zone industrielle du KSC.   


Les Tail Service Master TSM sur la plateforme, de part et d' autre de la fosse des moteurs SSME et ressemblant à deux gommes d' écolier apportent les besoins en fluides, gaz et électricité par les ombilicaux arrières de l' Orbiter. Chaque TSM mesure 9,4 m de haut, 4,6 m de long et 2,7 m de large, les plaques ombilicales rétractées. Afin de prévenir d' un éventuel excès de gaz d' hydrogène qui pourrait s' enflammer au moment de l' allumage des moteurs SSME, les mats de service sont équipés de "brûleur" qui servent juste avant le décollage. Ce système est constitué d' une perche de 1,5 m de long fixée sur chaque TSM, comportant quatre lances flammes.

       


L' Orbiter est fixé sur le réservoir externe, lui même fixé aux boosters SRB. Ce sont en fait les SRB qui tiennent l' ensemble du véhicule. 

Chaque booster est attaché sur la plate forme au niveau de la jupe arrière par 4 boulons explosifs , eux même fixés sur des pieds coniques dans la fosse des SRB, les Hold Down posts HDP. Chaque HDP mesure 1, 5 m de haut sur 1,2 m de diamètre à la base. Un goujon de 71 cm de long et 9 cm de diamètre en sort sur lequel est boulonné la jupe arrière du SRB.

MLP HDP dessin 2.jpg (273140 octets)

Le BC DCS (blast container debris containement system) protège le boulon et emprisonne les débris de l'écrou lorsqu'il est cassé en deux parties au décollage. Lorsque la charge explosive (NASA Standard Initiators) casse l'écrou, la tige filetée du goujon est repoussée au fond du HDP par un ressort. Le BC est lui même fixé sur la jupe arrière du booster et part avec lui au lancement. Les deux Hold Down post situés à l'opposé de l'Orbiter sont protégés du jet des boosters par un capot mobile. 

MLP HDP 5-6.jpg (67057 octets)   MLP HDP 7-8.jpg (69271 octets) MLP HDP protect.jpg (104055 octets)

Le MLP est positionné sur le pad, sur son parking ou dans le VAB sur les mêmes 6 piliers en acier de 7 m de haut désignés pour le LUT Apollo Saturn 5. Ces piliers permettent de soutenir la plateforme lors des charges dynamiques au rebond qui sont de 3175200 kg à 4762800 kg au décollage. Ils sont de 3 types, type 1 avec 2 diagonales, type 2 avec une diagonale et type 1 fixe. Le pilier 1 au N-O, le long du coté 4 de la plateforme, le pilier 5 sont du type 2. Les piliers 3  4 et 6 sont du type 3 et le pilier 2 est du type 1. le pilier 3 sur le coté 4 a été modifié, en supprimant la seconde jambe de renfort, à cause du passage du rail de la tour RSS. 

Le pilier "2" à 2 diagonales du LC39 photographié en 2015 avec son échelle et sa plateforme de travail.

   

Alors que la plateforme du ML Apollo-Saturn 5 était boulonné sur les pieds support au sol, elle est simplement guidé par un picot central sur le MLP du Shuttle. On voit bien sur la photo de droite, le détail de l'embase sur la plateforme.


Le MLP pèse à vide 4190 tonnes. Avec le Shuttle assemblé 5450 tonnes et au décollage avec le carburant 6215 tonnes.

Le départ du Shuttle de sa plateforme de lancement occasionne de nombreux dommages au installations du pad de tir et aux structures. Grâce au système de réduction de bruit par eau, le Sound Suppression Water System SSWS, les dégâts sont considérablement réduits. Au niveau de la plateforme MLP et de la tour FSS, les dégâts restent généralement dans les normes. Les dégâts les plus important se situent dans les fosses des boosters paradoxalement. La fosse SSME bien qu' elle reçoive les gaz brûlants plus longtemps n' est pas du tout altérée au lancement. Il faut savoir que les gaz éjectés par les boosters sont extrêmement corrosif.
Sitôt les inspections et les rapports terminés, le MLP et la tour sont lavés à grande eau pour éliminer tous les morceaux de métal arrachés. La plateforme est alors décapée pour enlever les dégâts dus aux jet des boosters et les surfaces endommagées repeintes. C' est tout ce qui est fait à ce niveau. 

MLP galerie photos: galerie 1 et galerie 2 

Lorsque les MLP ne sont pas utilisés, ils sont parqués au Nord du bâtiment d’ assemblage sur le MLP Refurbishment Aera  et posés sur 6 piliers identiques à ceux se trouvant dans le VAB ou sur le pad. Cet emplacement à été construit pour les LUT Apollo au début des années 1960. 
Début 1970, l’ emplacement du milieu est supprimée, le programme lunaire étant mis au ralenti avec un avenir incertain. De plus, il s’ avère qu’ en pratique, il y a toujours un LUT dans le VAB, un autre sur le pad et le dernier sur son parking, les trois places ne se justifiant plus. La place la plus à l’ Est supporte le LUT 1 Milkstool de 1979 à 1983 jusqu’ à sa conversion en MLP 3. La place centrale sert désormais à stocker le transporteur OTS récupéré de la base de Vandenberg, le transporteur des segments SRB à l’ abri sous le « Clampshell » une structure en cadre d’ aluminium recouverte d’ une bâche sur le dessus que la NASA a acheté au début des années 1980. Ce nom de « Clampshell », palourde vient du au fait qu’ il s’ ouvre comme l’ animal grâce à des poulies.   

Les ML Apollo ont été construit dans les années 1960, entre 1963 et 1968 par Ingalls Iron Works d'après des plans de Reynolds, Smith & Hills de Jacksonville FL. La construction du premier ML débute en juillet 1963. Mars 1965, la structure métalliques des 3 ML est terminée. Leur mise en service se fera à l'automne 1968. A travers le programme Apollo, les 3 ML lanceront toutes les Saturn 5 lunaire et les Saturn 1B post Apollo, le ML réalisera 7 lancements, le ML2 et 3, 5 tirs chacun.

En 1975, RSH crée les plans pour convertir le ML3 en MLP1 pour le STS. Blount Brothers Construction Cie de Montgomery (AL) réalise les travaux en 547 jours. Les TSM sont fabriques et assemblés par Belko Steel Corp d'Orlando FL. En septembre 1976, la conversion du MLP 2 commence supervisée par Algeon Blair Industrial Contrators. Les TSM sont fabriqués et assemblés par Industrial Steel Inc de Mins FL. En novembre 1982, RSH finalise les travaux de conversion du ML1 en MLP 3. Une société de Détroit Michigan se charge du travail qui se termine en 1989. Le premier MLP rentre dans le VAB le 15 février 1978 pour terminer ses modifications (mise en place des mats TSM) qui se termine le 28. Le montage des premiers segments des maquettes de SRB pour les tests de validation du pad 39 commence en mars 1979. Le rollout vers le pad avec l'Orbiter Entreprise a lieu le 1er mai. Un essais du système de déluge par eau a lieu le 18 juillet puis c'est le retour au VAB le 23 juillet. Le MLP est transféré dans la baie 3 du VAB le 27 novembre pour la préparation du vol STS 1.

Le MLP 1 supporte 52 lancements de 1981 à 2009. Il porte le premier vol du Shuttle le 12 avril 1981.  Le MLP 1 est assigné au lancement du lanceur Ares 1X en octobre 2009. EN 1986, pendant la pause après l'accident de Challeneger, le MLP 1 avec l'Orbiter Atlentis est amené sur le pad 39B pour valider les modifications du pad (panneaux anti pluie sur les structures)

Le MLP 2 supporte 46 lancements de 1983 à 2011. Il porte le premier vol de challenger en avril 1982, le premier vol de Discovery en août 1984, d'Atlantis en octobre 1985 et d'Endeavour en 1992. Il réalise le retour en vol après l'accident de Challenger avec Discovery, mission STS 26 en septembre 1989. En août 2006, avec le stack STS 115, le MLP 2 retourne du pad 39B au VAB et teste la mise à l'abri du Shuttle dans la baie 2, nouvellement aménagée pour l'accueillir en cas de roll back du au alerte ouragan.

Le MLP 3 arrive tardivement dans le programme, après l'accident de Challenger. En août 1989, il valide sur le pad 39A les modifications pour le STS. Il supporte 32 vols de janvier 1990 à juillet 2011 (dernier vol STS). En novembre 2003, avec 2 moteurs SRB montés, il est amené sur le pad 39 pour des tests de vibration.

Les 3 MLP sont de l'extérieur sensiblement les mêmes. Au fil du temps, ils ont été modernisés. Après l'accident de Challenger, des réchauffeurs externes sont ajoutés sur les joint en caoutchouc des boosters SRB pour les maintenir à température ainsi que les allumeurs. En plus, un ombilical est installé pour contrôler ces réchauffeurs. A cela s'ajoute des changements sur le système de remplissage en azote gazeux destiné à réchauffer les joints.

En 1990, chaque MLP reçoit de nouvelles batteries assurant une alimentation de secours pour l'Orbiter sur le pad en cas de coupure de l'alimentation principale. Entre 2000 et 2001, le système de détection des gaz toxiques a été modernisé et redondé afin d'éviter des arrêts intempestif dans les comptes à rebours. En 2004, de nouvelles vannes sont installées sur le système de déluge par eau et testé sur le MLP 2 en mai. Dernièrement, les MLP 2 et 3 ont reçu une nouvelle sous station électrique et des nouvelles interfaces avec l'Orbiter. Ces systèmes n'ont pas été installés sur le MLP 1 assigné au vol Ares 1X.

Extérieurement, ce qui différencie les MLP, c'est leur numéro peint sur les cotés. Le MLP 1 est l'ancien ML 3 Apollo, le MLP 2, le ML2 et le MLP 3, l'ancien ML 1 milkstool. Pour les premiers vols, c'est le MLP 1 qui est utilisé. Le chiffre "1" est écrit en blanc avec une légère bordure noire sur chaque coté de la platefome. Avec en dessous le "side" correspondants. Pour STS 9, 41C, 41G et 51C, le chiffre est peint en noir. De STS 51D à STS 101, le chiffrage ne bouge pas, seules sont rajouté 2 cibles en damier sur les "side"1 pour l'alignement sur le pad. Dès STS 97, la police du "1" change ainsi que la couleur qui devient blanche.
Pour le vol STS 101, "MLP1" est peint en blanc sur les TSM de la plateforme. Pour STS 97 et 100, la couleur passe au gris. Pour STS 108, 111 et 107, la couleur passe au gris délavé. A partir de 2000, pour STS 97, un nouvel escalier est ajouté pour rejoindre le niveau 0 de la plateforme au niveau inférieur. Il suivra sur les autres MLP pour STS 98 et 102.

Le chiffrage sur le MLP 2 ne change pas jusqu'au vol 115. Le chiffre "2" est peint en noir sur le side "1", et en blanc et noir sur les autres s"ide" avec en plus une police différente. De STS 115 jusqu'à la fin, la police d'écriture du chiffrage sera normalisé ainsi que la couleur blanche.

Le MLP 3 a le chiffre "3" peint en blanc avec au dessous le numéro des "side". La couleur et la police ne changeront pas durant le programme. Pour les vols STS 32, 78 et 99, "MLP3" est peint en blanc sur les TSM de la plateforme.

   

Le MLP 1 (Ares 1X) en 2009 et le MLP 3 sur le parking du VAB en 2012 après la dernière mission STS 135.

 

LA STRUCTURE DU MLP
LE CRAWLER TRANSPORTER
LISTING DES MLP UTILISES